Forum de Peyroules

Village au 3/4 Pro Le Pen (faut le savoir)
 
AccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 les essaims d'abeilles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Miel et abeilles   Mer 01 Juin 2011, 13:02


Source : Nice Matin



_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Re: les essaims d'abeilles   Sam 01 Sep 2012, 22:56

Mobilisons-nous avant qu'il ne soit trop tard !!!
Nous pouvons faire bouger les choses, c'est urgent !!





http://www.pollinis.org/petitions/video_pesticides.html

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Abeilles : trois pesticides interdits dans l'Union européenne   Lun 06 Mai 2013, 17:25


Abeilles : trois pesticides interdits dans l'Union européenne

Le Monde.fr
Par Stéphane Foucart










Les insecticides sont mis en cause par des ONG et la Commission européenne dans l'effondrement des colonies d'abeilles. | MICHAEL KOOREN/REUTERS


La Commission européenne devrait suspendre, pendant deux ans à compter du 1er décembre, l'utilisation de trois insecticides impliqués dans le déclin accéléré des abeilles domestiques (Apis mellifera).
Après un vote, lundi 29 avril en Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale, quinze Etats de l'Union se sont prononcés favorablement à la proposition de Bruxelles d'interdire l'imidaclopride, la clothianidine et le thiaméthoxame sur quatre grandes cultures (maïs, colza, tournesol, coton).


Lire : Comment Bruxelles veut protéger les abeilles sans bannir les pesticides

Ces molécules, appartenant à la famille dite des néonicotinoïdes, sont les insecticides les plus utilisés au monde en agriculture et sont, depuis plus d'une dizaine d'années, suspectés d'être un élément déterminant de l'effondrement des populations
d'abeilles et de pollinisateurs sauvages (bourdons, abeilles sauvages, papillons, etc.).

La proposition avait échoué, le 15 mars, à à obtenir une majorité, mais la Commission avait fait appel de ce
premier vote.




Au total, quinze Etats membres ont voté favorablement, huit défavorablement et quatre se sont abstenus. La France et l'Allemagne ont voté pour la suspension, tandis que l'Italie – qui avait pourtant voté dans le même sens en première instance – a cette fois voté contre la proposition de la Commission. Le Royaume-Uni a été le plus activement engagé contre la suspension des trois molécules.

"VITALES POUR NOTRE ÉCOSYSTÈME"

Dans une lettre révélée dimanche (en anglais) par l'hebdomadaire The Observer, adressée à la firme Syngenta – qui commercialise notamment le Cruiser, un produit à base de thiaméthoxame – le ministre britannique de l'environnement, Owen Paterson, explique que Londres "a été très actif" dans l'organisation de l'opposition à la proposition de
Bruxelles. Et ajoute : "Nos efforts continueront et s'intensifieront dans les prochains jours."


La proposition de la Commission repose sur un rapport d'expertise rendu par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), selon lequel les trois néonicotinoïdes présentent un risque
pour les abeilles. "Bien qu'une majorité des Etats membres soutiennent désormais notre proposition, la majorité qualifiée nécessaire n'a pas été atteinte, a déclaré le commissaire européen à la santé des consommateurs,
Tonio Borg. La décision incombe désormais à la Commission. Du fait que notre proposition est fondée sur un certain nombre de risques pour la santé des abeilles identifiés par l'EFSA, la Commission avancera avec ce texte dans les prochaines semaines."

"Je m'engage à faire mon maximum pour assurer que nos abeilles, qui sont si vitales pour notre écosystème et contribuent chaque année à 22 milliards d'euros à l'agriculture européenne, soient protégées", a-t-il ajouté.

Lire aussi Pesticides : pitié pour les abeilles !

Stéphane Foucart








_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: La révolte argentine contre Monsanto   Jeu 16 Mai 2013, 10:27


http://www.scoop.it/t/abeilles-intoxications-et-informations/p/4001712692/la-revolte-argentine-contre-monsanto-information-france-culture?hash=0653836e-83d7-4bd0-81a5-7ae9cb1d9be4




La révolte argentine contre Monsanto - Information - France Culture








L’Argentine a longtemps été appelée le « grenier du monde ». Aujourd’hui, le pays compte presque 24 millions d’hectares de cultures transgéiques, soit plus que la superficie totale de la
Grande-Bretagne. Du maïs, du coton, mais surtout du soja.

L’Argentine est le premier exportateur mondial d’huile et de farine de soja, le troisième
producteur de graines. Ce soja transgénique nourrit le bétail européen et chinois, et remplit les caisses de l’Etat. C’est même l’une des principales richesses du pays.




Pourtant, des Argentins s’élèvent contre la fièvre de l’or vert. De simples citoyens, des mères de famille, des étudiants qui dénoncent plus généralement les OGM et les pesticides qui rendent
malades, qui tuent parfois.




En cause notamment, le glyphosate, la substance active du Roundup, l’herbicide vedette de Monsanto, le géant américain. Chaque année, 200 millions de litres de glyphosate sont utilisés en
Argentine, et plus de 10 millions d’Argentins y sont exposés.




Dans la province de Córdoba, l’une des principales régions agricoles d’Argentine, au centre du pays, dans les villes de Barrio Ituzaingo Anexo et de Malvinas Argentinas, des habitants se
mobilisent.




« La révolte argentine contre Monsanto », c’est un Magazine de la rédaction signé Marine de La Moissonnière et Annie Brault.


_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: 10% du miel contrôlé en France serait d'origine douteuse   Lun 20 Mai 2013, 23:19

10% du miel contrôlé en France serait d'origine douteuse





C'est le Centre d'études techniques apicoles de Moselle qui alerte les consommateurs. Ce laboratoire indépendant estime qu'environ 10% du miel commercialisé et contrôlé en France est frauduleux. Ce miel mal étiqueté et/ou trop sucré proviendrait essentiellement de Chine. Un afflux lié à la baisse de la production française.



L'utilisation de pesticides provoquerait la disparition de plus de 300.000 colonies d'abeilles par an en France © Maxppp

Ne pas toujours se fier aux étiquettes ! C'est le message que délivre le Cetam, Centre d'études techniques apicoles de Moselle, seul laboratoire français indépendant de contrôle du miel. "Jusqu'à 10% des échantillons qui nous sont envoyés chaque analyses sont douteux. La grande majorité sont des produits très bon marché vendus en grande surface", explique le directeur du Cetam.

A l'origine de cette fraude, du miel importé. De Chine, mais aussi également d'Europe de l'Est, et ré-étiqueté "origine France" ou équivalent. Des miels qui ont parfois subi des adultérations, à savoir l'ajout de sucres liquides, et sont donc de moindre qualité.

La Chine, premier producteur mondial


Selon l'Union nationale de l'apiculture française, les causes de cette fraude sont évidentes : la production française est en baisse, "divisée par deux en 15 ans", selon Henri Clément, le porte-parole de l'Unaf. Baisse dûe en grande partie aux pesticides qui entraînent la mort de plus de 300.000 colonies d'abeilles par an.











Par conséquent, les importations ont été multipliées par trois, poursuit Henri Clément. Dont les importations chinoises.
Or la Chine, devenue premier producteur mondial avec ses 300.000 tonnes par an,
n'a jamais été exemplaire en la matière. Le miel chinois a même été un temps interdit dans l'UE, car on y retrouvait des antibiotiques bannis en Europe.



"La fraude au miel est difficile à repérer. C'est comme le dopage dans le sport"
(Unaf)

Aujourd'hui, il n'est manifestement pas question de danger sanitaire, mais il est possible de tomber sur des miels totalement artificiels, fabriqués à baisse de sucres de maïs, explique l'Unaf. Face à la disparition des abeilles, il devient rentable, explique-t-il, de fabriquer des faux miels. Une fraude difficile à repérer : "C'est comme le dopage dans le
sport
, raconte Henri Clément. Quand certains laboratoires trouvent des méthodes d'analyse pour diagnostiquer une fraude, les gens qui fabriquent ces produits cherche une parade, d'autres produits ou une autre méthode de fabrication !"


_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: La Russie avertit Obama: une guerre globale sur la disparition des abeilles menace   Lun 20 Mai 2013, 23:32

La Russie avertit Obama: une guerre globale sur la disparition des abeilles menace






Par Sorcha Faal, le 10 mai 2013

Les minutes alarmantes de la rencontre de la semaine passée entre le président Vladimir Poutine et le secrétaire d’état US John Kerry révèlent "l’extrême outrage" du dirigeant russe concernant la protection, par le régime Obama, des géants de l’agrochimie Syngenta et Monsanto face à une "apocalypse des abeilles" dont le Kremlin avertit qu’elle "mènera très certainement" à une guerre mondiale.

Selon ces minutes, publiées aujourd’hui au Kremlin par le ministère des ressources naturelles et de l’environnement de la fédération de Russie (MRNE), Poutine était si énervé du refus du régime Obama de discuter de ce sujet très grave qu’il déclina pendant trois heures de recevoir Kerry, qui avait voyagé jusqu’à Moscou pour une mission diplomatique programmée d’avance, mais se ravisa pour ne pas créer une scission encore plus grande entre les deux nations.

Au centre de cette dispute entre la Russie et les USA, annonce ce rapport du MRNE, sont les "preuves incontestées" qu’une gamme d’insecticides neuro-actifs liés à la nicotine, connue sous le nom de néo-nicotinoïdes, détruisent la population d’abeilles de notre planète, ce qui, laissé en l’état, pourrait anéantir la capacité de notre monde à faire pousser assez de nourriture pour nourrir ses populations.



Cette situation est devenue si sérieuse, rapporte le MRNE, que la Commission Européenne dans son ensemble a institué la semaine dernière une interdiction de précaution de deux ans (devant commencer le 1 décembre 2013) sur l’usage de ces pesticides "tueurs d’abeilles" à la suite de la Suisse, de la France, de l’Italie, de la Russie, de la Slovénie et de l’Ukraine, qui avaient déjà tous interdit l’usage d’organismes génétiquement modifiés des plus dangereux sur le continent.

Deux des néo-nicotinoïdes les plus redoutés sous le coup de cette interdiction sont Actara et Cruiser, fabriqués par la multinationale suisse de biotechnologie Syngenta AG, qui emploie plus de 26000 personnes dans plus de 90 pays, eu troisième rang mondial des ventes sur le marché commercial des semences agricoles.

Il est important de noter, dit ce rapport, que Syngenta, avec les géants de la bio-tech Monsanto, Bayer, Dow et DuPont contrôlent maintenant presque 100% du marché global de pesticides et de semences et plantes génétiquement modifiées.

Relevable également à propos de Syngenta, poursuit le rapport, en 2012 Syngenta fut condamnée en Allemagne pour avoir caché le fait que son maïs génétiquement modifié tue le bétail, et paya comme réparation d’une plainte collective $105 millions aux USA suite à la découverte de la contamination de l’eau potable de quelques 52 millions de citoyens états-uniens, dans plus de 2000 bassins aquifères avec son herbicide "changeur de genre" Atrazine.

L’épouvantable gravité de la situation, dit le MRNE, peut être constatée dans le rapport publié en mars dernier par l’American Bird Conservancy (ABC), où ils avertissent du danger dans lequel se trouve toute la planète, et où nous pouvons lire, notamment:

"En tant que composante d’une étude sur les effets de la classe d’insecticides les plus utilisés au monde, des produits chimiques similaires à la nicotine appelés les néo-nicotinoïdes, l’American Bird Conservancy (ABC) a appelé à une interdiction de leur usage et à la suspension de toutes leurs applications en attente d’un examen indépendant des effets de ces produits sur les oiseaux, les invertébrés terrestres et aquatiques, et d’autres organismes vivants.

Il est clair que ces produits chimiques ont le potentiel d’affecter des chaînes alimentaires entières. La persistance dans l’environnement des néo-nicotinoïdes, leur propension au ruissellement et à l’infiltration dans les eaux souterraines, et leur mode d’action cumulatif et grandement irréversible chez les invertébrés soulèvent des inquiétudes écologiques sérieuses,"

a dit Cynthia Palmer, co-auteure du rapport et directrice des programmes sur les pesticides pour ABC, l’une des organisations les plus éminentes des USA pour la conservation des oiseaux.

ABC a commandité le toxicologue environnemental de renommée mondiale le Dr. Pierre Mineau pour mener ces recherches. Le rapport de 100 pages, "L’impact des insecticides les plus usités de la nation sur les oiseaux", passe en revue 200 études sur les néo-nicotinoïdes dont des études menées par l’industrie elle-même et obtenues grâce au Freedom of Information Act US (loi sur la liberté de l’information, ndt). Le rapport évalue le risque toxicologique encouru par les oiseaux et les écosystèmes aquatiques, et comprend des comparaisons exhaustives avec les anciens pesticides que les néo-nicotinoïdes ont remplacé. Le document conlut que les néo-nicotinoïdes sont mortels pour les oiseaux et aux systèmes aquatiques dont ils dépendent.

"Un seul grain de maïs enduit d’un néo-nicotinoïde peut tuer un passereau," atteste Palmer. "Même un tout petit grain de blé ou sa canule raité avec le plus ancien des néo-nicotinoïde – dénommé imidacloprid – peut empoisonner un oiseau de manière fatale. Et aussi peu qu’un dixième de semence de maïs recouverte de néo-nicotinoïde par jour pendant la saison de ponte est tut ce qu’il faut pour perturber la reproduction."

Le nouveau rapport conclut que les taux de contamination par les néo-nicotinoïdes dans les eaux de surface et souterraines aux États-Unis et autour du monde ont déjà dépassé le seuil constaté être mortel pour beaucoup d’invertébrés aquatiques.

Rapidement suite à ce sévère rapport, dit le MRNE, un large groupe d’apiculteurs et d’écologistes états-uniens a porté plainte contre le régime Obama à cause de la poursuite de l’usage de ces néo-nicotinoïdes, affirmant: "Nous amenons l’EPA (Environmental Protection Agency, agence de protection de l’environnement US, ndt) devant les tribunaux à cause de son échec à protéger les abeilles des pesticides. Malgré nos meilleurs efforts pour prévenir l’agence des problèmes posés par les néo-nicotinoïdes, l’EPA a continué d’ignorer les signes d’avertissement clairs d’un système agricole en péril."

La gravité de ce qui est vraiment devenu le système agricole planétaire du fait de ces plantes et semences génétiquement modifiées et ces pesticides, poursuit le rapport, peut être comprise à travers la décision de la Commission Européenne la semaine dernière, qui fait suite à leur interdiction des néo-nicotinoïdes, où ils projettent de rendre illégales presque toutes les plantes et semences non-enregistrées auprès de l’Union Européenne, et nous pouvons lire, entre autres:

"L’Europe se précipite vers les bons vieux jours de 1939, 40… Une nouvelle loi proposée par la Commission Européenne rendrait illégales "la culture, la reproduction et le commerce" de toutes semences végétales qui n’aient pas été "testées, approuvées et acceptées" par une nouvelle bureaucratie de l’UE dénommée "l’agence de l’UE des variétés végétales.

Cela s’appelle la Loi sur le Matériel Reproductif Végétal, et entend rendre le gouvernement responsable de presque toutes les plantes et semences. Les jardiniers chez eux qui font pousser leurs propres plantes à partir de semences non-régulées seraient considérés comme des criminels sous cette loi."

Ce rapport du MRNE souligne que bien que cette action de l’UE paraisse draconienne, elle est néanmoins nécessaire pour purger le continent d’une poursuite de la contamination par ces "monstruosités de semences" engendrées par la génétique de laboratoire.

Ce qui rend encore plus perplexe dans tout cela, dit le MRNE, et qui provoqua la colère de Poutine envers les USA, sont les efforts fournis par le régime Obama pour protéger les bénéfices des producteurs de pesticides en face des dommages catastrophiques infligés à l’environnement. Comme le dit, entre autres choses, le Guardian News Service dans leur article du 2 mai intitulé "Les USA rejettent l’affirmation de l’UE que les pesticides sont la principale cause pour la chute de population des abeilles":

"L’Union Européenne a voté cette semaine une interdiction de deux ans de l’usage d’une classe de pesticides, connus sous le nom de néo-nicotinoïdes, qui a été associée avec la disparition des abeilles. Le rapport du gouvernement US, par contre, trouva des causes multiples à la disparition des abeilles mellifères."

Le MRNE ajoute que les "vraies" raisons derrière la protection accordée par le régime Obama à ces géants de la biotechnologie qui détruisent notre monde peuvent être trouvées dans l’article intitulé "Comment Barack Obama est-il devenu l’homme de Monsanto à Washington?" et qui lit, entre autres:

"Après sa victoire aux élections de 2008, Obama donna des postes-clés à des employés de Monsanto dans des agences fédérales ayant une influence considérable sur les thèmes alimentaires, la USDA (US Department of Agriculture, ministère de l’agriculture US, ndt) et la FDA (Food and Drug Administration, agence des aliments et des drogues, ndt): à la USDA, comme directeur du National Institute of Food and Agriculture (institut national de la nourriture et de l’agriculture, ndt), Roger Beachy, ancien directeur du Danforth Center de Monsanto. Comme commissaire adjoint de la FDA, le nouveau tsar des sujets de sécurité alimentaire, le notoire Michael Taylor, ancien vice-président des relations publiques de Monsanto. Taylor avait été instrumental dans l’obtention de l’approbation de l’hormone de croissance bovine fabriquée en laboratoire de biogénétique par Monsanto."

Encore pire, après que la Russie ait suspendu l’importation et l’utilisation du maïs transgénique de Monsanto suite à une étude suggérant un lien avec le cancer du sein et des dommages aux organes en septembre dernier, le Russia Today News Service a rapporté la réaction du régime Obama:

"La Chambre des Représentants US a passé en catimini un ajout de dernière minute à sa loi de prévision budgétaire agricole pour 2013 la semaine dernière – incluant une provision protégeant les semences génétiquement modifiées de litiges en cas de risques sanitaires.

Le texte, portant le titre officiel de "Farmer Assurance Provision" (provision d’assurance des fermiers, ndt), a été dénoncé par des opposants au lobbying biotechnologique comme le "Monsanto Protection Act", car il retirerait aux tribunaux fédéraux l’autorité pour faire immédiatement stopper la plantation et la vente de plantes et semences génétiquement modifiées en dépit de toutes considération sanitaires des consommateurs.

La provision, également décrite comme un "texte biotech", aurait dû passer par des comités agricoles ou juridiques pour examen. Au contraire, aucune audition n’a eu lieu, et le document était de toute évidence inconnu de la plupart des Démocrates (qui détiennent la majorité au Sénat) avant son approbation comme partie du HR 993, la loi de financement à court terme qui fut passée pour éviter une banqueroute du gouvernement fédéral."

Le 26 mars, Obama signa discrètement ce "Monsanto Protection Act" en loi, assurant ainsi que le peuple états-unien n’ait auucn recours contre ce géant de la biotechnologie alors qu’ils tombent malades par dizaines de millions, et que des millions en mourront certainement dans ce que ce rapport du MRNE appelle la plus grande apocalypse agricole de l’histoire humaine comme plus de 90% de la population des abeilles sauvages aux USA a déjà disparu, et jusqu’à 80% des abeilles domestiques ont également disparu.

Source: http://www.whatdoesitmean.com/index1679.htm

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Re: les essaims d'abeilles   Lun 20 Mai 2013, 23:36

http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article1011

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Les pirates d'Anonymous s'attaquent à la société Monsanto   Lun 20 Mai 2013, 23:46


Les pirates d'Anonymous s'attaquent à la société Monsanto




  • Anonymous, un groupe de pirates informatiques a décidé de s'attaquer à la société
    Monsanto.

  • Une attaque lancée au nom de la liberté et de l'humanité.






Vous ne connaissez pas la société Américaine Monsanto ? Laissez moi vous éclairer :
Monsanto est une entreprise de biotechnologies qui intervient dans différents domaines. Elle est notamment connue pour diverses actions : la production de la saccharine, un édulcorant utilisé par Coca-Cola il y a longtemps; la création de "l'agent orange", utilisé par les Etats-Unis pendant la guerre du Vietnam; la création des PCB, hautement toxiques; la mise au point de l'herbicide "Roundup", assuré comme écologique bien que ce ne soit pas le cas (Monsanto ayant été condamné pour publicité mensongère dans cette affaire) et la création et vente de semences OGM depuis plus d'une dizaine d'années.


De leur côté, Anonymous représente une association anonyme d'internautes ayant des membres dans tous les pays du monde et qui se veut combattante de la liberté, en
particulier sur internet. Ses armes sont d'un nouveau genre et font appel au piratage informatique de données ainsi qu'au lancement d'attaques par "déni de service" sur des serveurs internet, rendant ainsi presque toute cible potentiellement vulnérable. C'est ainsi que l'annonce récente de la fermeture du site d'échanges de fichiers "Megaupload" avait amené les pirates de Anonymous à faire "tomber" les
serveurs du ministère de la justice
Américaine
.

Cette fois, les pirates ont "hacké" les serveurs de la société Monsanto, c'est-à-dire qu'ils
sont entrés par effraction dans leur système de données. Ils y ont récupéré des listings d'utilisateurs et de discussions. Les informations dérobées ne dévoilent pas de secret croustillant mais les pirates ont laissé un message à la société :


Message des Anonymous à la société
Monsanto.
Monsanto,



Vos attaques continuent envers l'agriculture du monde entier, ainsi qu'envers la santé de ceux qui mangent vos produits, a gagné toute notre attention.

Vos crimes contre l'humanité sont trop longs pour pouvoir être écrits sur une seule page, vous avez mis plus de 9000 petits fermiers en faillite en utilisant vos experts en droit pour prétendre à des fautes dans l'utilisation de vos brevets. Vous avez continuellement introduit des produits dangereux, parfois mortels, dans notre chaîne alimentaire sans avertissement, sans précautions, pour votre seul profit.

Nous sommes conscients que mettre en ligne cette base de données ne vous fera pas grand mal. Mais soyez assurés que nous continuerons à suivre vos employés et vos représentants, nous
continuerons à fermer vos sites internet, nous continuerons à pirater vos serveurs de courriels, nous continuerons à être à l'intérieur de votre système et nous continuerons à dévoiler vos malversations.




Nous sommes Anonymes. Nous sommes Légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas. Redoutez-nous
Source : Anonymous


_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Monsanto se paye la plus grande armée de mercenaires au monde : Les BlackWater (Xe)   Mar 21 Mai 2013, 22:34


http://actuwiki.fr/

Monsanto se paye la plus grande armée de mercenaires au monde : Les BlackWater (Xe)












Est-ce que ça annonce une nouvelle époque?
Celle où tous ceux et celles qui oseront s’attaquer à Monsanto ou à leur champs OGM se feront passer à tabac par la troupes de mercenaires Xe (BlackWater… academie)?






Academi est une société militaire privée (SMP) américaine dont le siège se trouve à Moyock (Caroline du Nord), qui a notamment travaillé en Irak et en Afghanistan. Elle était précédemment connue sous le nom de Blackwater Worldwide et à l’origine sous celui de Blackwater USA. Elle a adopté le nom de Xe le 13 février 2009. En décembre 2011, elle change de nouveau son nom pour celui de Academi. Erik Prince, fondateur et PDG de Blackwater Worldwide, et Gary Jackson, président de l’entreprise, annonçaient leur démission le 1er mars, mais Prince demeure membre du conseil d’administration de Xe jusqu’au démantèlement du groupe Xe commencé en août 2010.

La famille d’Erick Prince et son entourage immédiat sont des fanatiques religieux américains et font partis des principaux donateurs du parti républicain du Michigan. Ils y ont même pris la direction à quelques reprises.



Le 20 août 2009, le New York Times a rapporté que Blackwater a réalisé des contrats, octroyés secrètement, pour le compte de la CIA dans le cadre d’une mission destiné à pourchasser des terroristes d’Al-Qaïda. Elle s’occupait notamment de charger les bombes sur les drones ainsi que de pourchasser et d’assassiner, si possible, les membres d’Al-Qaïda. Aucun membre d’Al-Qaïda n’aurait cependant été tué par les employés de Blackwater.

Alors qu’avant la guerre en Irak la société ne fournissait principalement que des séances d’entraînement pour les forces de l’ordre et les militaires, elle a depuis très largement étendu son offre à divers domaines liés à la protection des personnes et des installations.

Le principal contractant de Blackwater est le gouvernement américain via le Département d’État. Ainsi entre 2001 et 2006, l’entreprise a vu son chiffre d’affaires augmenter de plus de 80000%, rien qu’avec les contrats avec le gouvernement américain.

Le premier contrat obtenu en Irak l’a été lorsque l’Autorité provisoire de la coalition, dirigée par Paul Bremer, a demandé en août 2003 à Blackwater d’assurer la protection des civils américains envoyés officiellement en Irak par le gouvernement au premier rang desquels le même Paul Bremer. Ce contrat a été obtenu sans appel d’offres. En janvier 2009, le contrat n’a pas été renouvelé suite aux exactions de ses employés.

Moins d’un an plus tard, en juin 2004, Blackwater a obtenu un contrat (toujours sans appel d’offres) bien plus important. Connu sous le nom de Worldwide Personal Protective Services (WPPS), ce contrat définissait que la société devait fournir protection aux citoyens américains et à certains responsables étrangers de haut rang. Les termes de ce contrat sont vagues et ne précisaient pas le type de protection que devait assurer Blackwater, ni le nombre d’interventions. Le contrat ne pouvait excéder 332 millions de dollars, mais du 14 juin 2004 au 6 juin 2006, Blackwater a reçu plus de 488 millions de dollars. Le 8 mai 2006, le Département d’État a passé un nouveau contrat similaire dans les termes (WPPS II) et incluant cette fois-ci deux autres sociétés (DynCorp et Triple Canopy). Il définissait les zones géographiques d’intervention de chacune des trois sociétés et le montant ne pouvait excéder 1,2 milliard de dollars par entreprise ou 3,6 milliards au total.

En 2010, Xe obtient un contrat avec la CIA en Afghanistan. Pour 120 millions de dollars, une filiale de Xe sera chargée de la protection pendant 18 mois des consulats américains de Herat et Mazar-i-Sharif.

Contrats avec le gouvernement américain
AnnéeValeur des
contrats
2001736 906
$
20023 415 884
$
200325 395 556
$
200448 496 903
$
2005352 871 817
$
2006593 601 952
$
Total1 024 519 018
$
Selon un rapport de la commission dirigée par le parlementaire américain démocrate Henry Waxman rendu en 2007, les employés de la SMP Blackwater ont été impliqué dans 195 fusillades en Irak depuis 2005. Dans 84 % des cas, la SMP a ouvert le feu premier.

En Bosnie-Herzégovine, en 1999, des employés de la SMP DynCorp International ont été mêlé à des affaires douteuses comme le trafic d’armes et le trafic d’adolescentes.

En Irak, en 2003 et 2004, des employés de la SMP CACI International, Inc ont été lié aux allégations de torture dans la prison d’Abu Ghraib alors qu’ils étaient en intervention.

Pour en revenir à Monsanto…


Un article de Jeremy Scahill, Blackwater’s Black Ops (Les opérations secrètes des Blackwater), paru dans The Nation le 15 septembre 2010, a révélé que la plus grande armée de mercenaires du monde, la compagnie de services clandestins d’intelligence Blackwater (aujourd’hui appelée Xe Services) a été vendue à la multinationale Monsanto. Blackwater a été rebaptisée en 2009, après que de nombreux rapports de débordements, dont des massacres de civils, en Irak l’aient rendue célèbre dans le monde. Elle reste le plus grand prestataire privé de «
services de sécurité » du ministère des Affaires étrangères zunien à pratiquer le terrorisme d’État, offrant ainsi au gouvernement la possibilité de nier sa pratique.


De nombreux militaires et anciens officiers de la CIA travaillent pour Blackwater ou des entreprises assimilées ou créées pour détourner l’attention de leur mauvaise réputation et rendre plus lucrative la vente à d’autres gouvernements, banques et compagnies multinationales de leurs infâmes services, allant de l’information et du renseignement à l’infiltration, en passant par le lobbying politique et la formation paramilitaire. Selon Scahill, les affaires avec les multinationales comme Monsanto et Chevron, et des géants de la Finance tels que Barclays et Deutsche Bank, sont conduites par deux sociétés appartenant à Erik Prince, le propriétaire de Blackwater : Total Intelligence Solutions et Terrorism Research Center. Leurs fonctionnaires et administrateurs ont en commun Blackwater.

L’un d’eux, Cofer Black, l’un des directeurs de la CIA connu pour sa brutalité, est celui qui, en tant que directeur de Total Intelligence, a pris contact avec Monsanto en 2008 pour conclure un contrat avec la compagnie pour espionner et infiltrer les organisations de militants des droits des animaux et des anti-OGM, et accomplir les autres sales boulots du géant de la biotechnologie.

Contacté par Scahill, Kevin Wilson, un cadre de Monsanto, a refusé de commenter, mais a confirmé plus tard à The Nation qu’ils avaient engagé Total Intelligence en 2008 et 2009, seulement, selon lui, pour garder une trace des « révélations » de leurs opposants. Il a aussi indiqué que Total Intelligence est une « entité totalement distincte de Blackwater. »

Pourtant, Scahill possède des copies de courriels de Cofer Black après sa rencontre avec Wilson pour Monsanto, où il explique à d’autres anciens agents de la CIA, en utilisant leurs adresses de courriels chez Blackwater, que la discussion avec Wilson était que Total Intelligence est devenu « l’organe de renseignement de Monsanto, » pour l’espionnage des militants et d’autres actions, incluant « l’intégration légale de nos gens dans ces groupes. » Monsanto a payé Total Intelligence 127.000 dollars en 2008 et 105.000 dollars en 2009.

Il n’étonnera guère qu’une compagnie engagée dans la « science de la mort » comme Monsanto, dédiée dès l’origine à créer des poisons toxiques à répandre, de l’Agent Orange aux BPC (biphényles polychlorés), des pesticides, des hormones et des semences génétiquement modifiées, est associée à une autre compagnie de voyous.

Quasi simultanément à la publication de cet article dans The Nation, Via Campesina a signalé l’achat de 500.000 actions de Monsanto, pour plus de 23 millions de dollars, par la Fondation Bill et Melinda Gates, qui, avec cette action, a complètement jeté le masque de la « philanthropie. » Encore une association qui ne surprendra guère.

Il s’agit d’un mariage entre deux monopoles des plus cyniques de l’histoire de l’industrialisme : Bill Gates contrôle plus de 90 pour cent de part du marché de l’informatique propriétaire et Monsanto environ 90 pour cent du marché mondial des semences transgéniques et la majorité des semences commerciales du monde. Il n’existe aucun autre monopole aussi vaste de secteurs industriels. Leur l’existence même est une négation du fameux principe du capitalisme de « concurrence de marché. » Gates et Monsanto sont tous deux très agressifs dans la défense de leurs monopoles mal acquis.

Bien que Bill Gates puisse être tenté de dire que sa Fondation n’a aucun rapport avec son entreprise, tout prouve le contraire : la plupart de ses dons finissent par favoriser les investissements commerciaux du magnat. Quoi que ce soit, ce ne sont pas vraiment des « dons, » puisque au lieu de payer des impôts à l’État, la Fondation investit ses bénéfices là où c’est favorable économiquement, y compris dans la propagande sur ses bonnes intentions présumées. Ses « dons » financent au contraire des projets aussi destructeurs que la géo-ingénierie ou le remplacement des médicaments de la communauté naturelle par des médicaments brevetés de haute technologie dans les régions les plus pauvres du monde. Quelle coïncidence ! L’ancien ministre [mexicain] à la Santé Julio Frenk et [l'ancien président du Mexique] Ernesto Zedillo sont des conseillers de la Fondation.

Comme Monsanto, Gates est aussi engagé dans une tentative de destruction de l’agriculture rurale dans le monde, principalement à travers l’« Alliance pour une révolution verte en Afrique » (AGRA). Il fait office de cheval de Troie dans le but de déposséder les agriculteurs pauvres africains de leurs semences traditionnelles, afin de les remplacer d’abord par des semences de leurs compagnies, et ensuite par des semences génétiquement modifiées. À cette fin, en 2006 la Fondation a embauché Robert Horsch, le directeur de Monsanto. Gates expose maintenant des bénéfices importants, directement revenus à leur source.

Blackwater, Monsanto et Gates sont les trois faces d’un même calcul, la machine de guerre contre la planète et la plupart des gens qui l’habitent : les paysans, les communautés autochtones, les gens qui veulent partager les informations et les connaissances ou tous ceux qui ne veulent pas être sous l’égide du profit et du pouvoir destructeur du capitalisme.

L’auteur, Silvia Ribeiro, est chercheuse à l’ETC Group.
Cet article, paru à l’origine dans le journal mexicain La Jornado, a été traduit de l’espagnol pour La Pravda en anglais par Lisa Karpova.


Source : english.pravda.ru/business/companies/14-10-2010/115363-machines_of_war_blackwater_monsanto_billgates-0/Traduction copyleft de Pétrus Lombard 14 octobre 2010


Source :

http://www.lepost.fr

http://lesmoutonsenrages.fr/2013/04/30/monsanto-proprietaire-de-la-plus-grande-armee-privee-du-monde/

http://www.plumenclume.net/articles.php?pg=art769

http://www.internationalnews.fr/article-blackwater-monsanto-et-bill-gates-les-machines-de-guerre-61473859.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Academi



Via : Resilience Quebec





_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Re: les essaims d'abeilles   Jeu 23 Mai 2013, 17:44


_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Re: les essaims d'abeilles   Dim 26 Mai 2013, 09:24


_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Re: les essaims d'abeilles   Dim 26 Mai 2013, 21:16


A visionner absolument


Une incroyable épidémie se propage de ruche en ruche. Les ruches se vident ! Les abeilles disparaissent sans laisser de traces! Elles s'éteignent par milliards, notamment aux Etats-Unis où se sont volatilisées entre 60 et 90 % des butineuses.

A ce rythme, bientôt il n'y aura plus d'abeilles et ça ne semble inquiéter personne... Pourtant les abeilles pollinisent 40% des ressources de la planète! Pas d'abeilles, pas de vie ! Nous sommes confrontés à une éradication de la population des abeilles relativement mystérieuse de par son ampleur.

Ces disparitions sont multifactorielles : pesticides, insecticides, OGM (les abeilles se nourrissent de plantes transgéniques), pollution électromagnétique (les tours de téléphonie mobile sont plus puissantes), la génétique (insémination artificielle de la reine en laboratoire)...

« Si l'abeille disparaissait du globe, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre. » L'auteur de cette prédiction apocalyptique ? Albert Einstein !

Les scientifiques sont alarmés car 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, ni pollinisation, et pratiquement ni fruits, ni légumes. Des Etats-Unis, au sud de la France, de l'Australie à la Chine, des scientifiques mènent l'enquête et tentent d'enrayer cette disparition qui nous concerne au plus haut point !!

Les scientifiques disent que nous risquons une catastrophe mondiale, car la majorité des abeilles ont disparu.



_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: 270.000 fermiers bio se lèvent contre Monsanto   Sam 01 Juin 2013, 15:13


http://www.agoravox.fr/



270.000 fermiers bio se lèvent contre Monsanto




Près de 300 000 agriculteurs biologiques ont porté plainte contre le « géant » agricole Monsanto qui a, ces dernières années, écrasé méthodiquement l’agriculture bio indépendante.



Le 30 mars, l'équivalent de 270.000 plaignants ont intenté un procédure judiciaire pour tenter de garder une part du marché mondial à l'alimentation bio indépendante. La plainte provient de près de 60 fermes familiales, d'entreprises semencières et les organisations agricoles biologiques.

Ce collectif mené par OSGATA - Organic Seed Growers et Trade Association - enjoint Monsanto de ne pas contaminer les exploitations par les OGM de colza Genuity® et
Roundup Ready®. Ces agriculteurs bio disent que leurs cultures de maïs, coton, betteraves à sucre ainsi que d'autres ont été contaminées par les OGM Monsanto, et que même si la contamination fut largement naturelle et involontaire, Monsanto persiste à poursuivre des centaines d'agriculteurs pour violation de
brevet.


Il ne s'agit plus seulement pour ces agriculteurs de préserver le bio mais aussi la survie de leurs exploitations biologiques indépendantes contre lesquelles Monsanto mènent un harcèlement juridique continu.

Ces dernières années, Monsanto a racheté plus de 20 des plus gros producteurs et vendeurs de semences du pays, et The Street rapporte la mise en place d'une politique forçant leurs clients à utiliser les semences issues de leur bio ingénierie et les obligeant à les racheter chaque année sous peine d'être mis sur liste noire et exclus à jamais du marché.

La Commission Securities and Exchange a enquêté l'an passé sur Monsanto sur "les programmes de motivation client", et le ministère de la Justice a décelé une violation probable de la loi antitrust suite à la mise de clients en liste noire depuis 2009.

La politique de rachat de certains de ses concurrents et les poursuites judiciaires menés sur les autres ont permis a Monsanto, l'an passé, d'accroitre ses bénéfices de 77 % pour atteindre 490 millions d'euros.

La plainte déposée par les "270.000" sera examinée par le juge fédéral Naomi Buchwald de la cour de Manhattan.

Dan Ravicher, président de la Public Patent Foundation PUBPAT), Fondation pour les licences libres, a déclaré dans un communiqué que l'affaire se résumerait à Monsanto a-t-il le droit de poursuivre les agriculteurs biologiques pour violation de brevet quand les graines ou pollen OGM Monsanto atterrissent sur leurs propriétés.

“Il parait assez "tordu" qu'un fermier bio contaminé par les semences OGM puisse être attaqué pour violation de brevet, mais le volume des plaintes déposés par Monsanto et les poursuites engagées contre des fermiers par centaines pour violation de brevet, que nous avons du réagir pour protéger l'intérêt de nos membres.”

La PUBAT a ainsi déposé la plainte au nom des 270 000 plaignants. Cette fondation sans but lucratif, qui propose des services juridiques, relève de l'École de droit Benjamin N. Cardozo.

NDT : On peut regretter que ce type de plainte regroupant plusieurs plaignants et appelée "class-action" soit actuellement impossible sous cette forme en France.




Article initial : RT - Organic farmers sue Monsanto du 28 juillet 2011 et traduction originelle
pour
libertero par l’auteur.

Crédit Photo : Université de Boston.











Sur le même thème

Le paradoxe des faucheurs volontaires

Monsanto, un cadeau empoisonné

Le plan de Monsanto en Europe : Entre contrôle des semences & criminalisation de la
culture...


Vandana Shiva : graines de résistance

Du Roundup aux OGM







_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Monsanto fait marche arrière sur les OGM en Europe   Sam 01 Juin 2013, 15:33






Monsanto fait marche arrière sur les OGM en Europe







Reuters



(Reuters) - Monsanto ne fait plus pression pour le développement des cultures génétiquement modifiées dans la plupart des pays d'Europe en raison de l'opposition qui reste forte dans de nombreux pays, ont déclaré vendredi des responsables du groupe.

Des dirigeants européens du géant américain de l'agrochimie ont annoncé au quotidien allemand Taz qu'ils ne faisaient plus de "lobbying" pour le développement de la culture des semences modifiées en Europe et ne demandaient pas de nouvelles autorisations pour leurs plantes génétiquement modifiées.

"Nous sommes arrivés à la conclusion qu'il n'y avait pas de large soutien pour le moment", a déclaré à Taz la porte-parole de Monsanto en Allemagne, Ursula Lüttmer-Ouazane.

Le porte-parole du groupe Thomas Helscher a déclaré vendredi que la société ne chercherait à entrer que sur les marchés où ses plantes génétiquement modifiées étaient largement acceptées.

"Nous ne vendrons des semences modifiées que là où elles bénéficient d'un large soutien de la part des agriculteurs, d'un large soutien politique et d'un cadre réglementaire qui fonctionne bien", a-t-il déclaré à Reuters. "Nous sommes convaincus que cela n'est le cas actuellement que dans quelques pays d'Europe, essentiellement l'Espagne et le Portugal."

Monsanto s'est concentré ces derniers temps sur le marché du maïs conventionnel en Ukraine et le vice-président du groupe Jesus Madrazo, chargé des activités à l'international, a fait savoir que l'Europe de l'Est et l'Amérique du Sud
représentaient aujourd'hui les principaux marchés de croissance pour le groupe.


Contrairement à ce qui se passe en Europe, l'Amérique du Sud a bien accueilli les cultures génétiquement modifiées de Monsanto. Mais le groupe est également confronté à des obstacles sur ces marchés, où il doit obtenir les autorisations de la Chine, qui est une gros acheteur de graines de soja du Brésil.

Carey Gillam, Juliette Rouillon pour le service français

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Hensies : il perd un million 750.000 abeilles en 30 minutes   Dim 02 Juin 2013, 21:31

Hensies : il perd un million 750.000 abeilles en 30 minutes


C.S.


Il y a quelques jours, un apiculteur d’Hensies a perdu ses 35 ruches suite aux pulvérisations d’un fermier. Cela représente la mort d’environ 1 million 750.000 abeilles et plus de 10.000 euros de perte.




W.L.


Moins de 30 minutes après la pulvérisation de pesticides sur un champ, toutes les abeilles étaient mortes. Pharaïlde nous raconte.



Alors qu’il est chez lui, Monsieur W. voit un fermier pulvériser son champ. Ce jour-là, le vent souffle très fort et le produit se répand à travers toutes les ruches situées en bordure du champ. Quand le travail du fermier est terminé, l’apiculteur ne peut que constater la mort de toutes ses abeilles.

« À peine 30 minutes après la pulvérisation, ses 35 ruches étaient mortes. Il ne préfère pas témoigner pour ne pas trop faire parler de lui mais c’est vraiment dur à vivre pour un apiculteur.
Il vient perdre 50.000 abeilles par ruche. C’est très décourageant de se relancer après ça
», explique Pharaïlde Michel, responsable de la Melliflor à Erquennes. Cette perte suscite bien sûr l’indignation de tous les apiculteurs de la région.


En plus, le coût des ruches est inabordable pour les nouveaux ou ceux qui doivent recommencer. « On n’est pas encore sûrs du montant que vient de perdre M. W. mais on peut estimer ça à plus de 10.000 euros. Pour se relancer, il faut racheter une colonie. Les prix peuvent aller jusqu’à 250 euros et, même à ce montant, on n’en trouve plus.
Heureusement pour lui, il a pu voir le responsable de la pulvérisation et agir vite
», ajoute la dame. Quand un apiculteur peut prouver que ses abeilles sont mortes suite à une mauvaise utilisation de produits, il peut demander aux assurances de rembourser le dommage qu’il a subi.


Ce 4 juin, un rendez-vous « Midis Santé » est organisé au domaine provincial du Bois d’Havré de 12h à 14h. Un spécialiste abordera les causes de l’effondrement des colonies d’abeilles et les moyens d’y remédier.

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Alpes : le danger qui menace la santé des abeilles et celle des hommes   Mer 12 Juin 2013, 18:46

Alpes : le danger qui menace la santé des abeilles et celle des hommes

Digne-les-Bains /

L'autorisation des OGM dans un proche avenir, pourrait avoir comme conséquence le dépeuplement des ruches
 
 
C'est une lutte continue que mènent les apiculteurs avec les moyens qui sont les leurs : c'est-à-dire peu de chose... Après avoir obtenu l'interdiction de l'insecticide "Lindane" en 1998 et constaté les dégâts que pouvait provoquer le "Décis", nos abeilles pourraient être menacées par une décision de Bruxelles, à savoir l'autorisation sur notre sol des semences issues d'Organismes génétiquement modifiés (OGM).
Aux États-Unis, où les OGM sont autorisés, on assiste à l'effondrement des colonies d'abeilles, sans pour autant pouvoir en accuser les OGM, étant donné qu'aucune étude n'a permis de le mettre en évidence et que les grands semenciers ne sont pas pressés d'abonder dans ce sens.
Il n'en reste pas moins que les ruchers dépérissent aux "States" et que l'on évoque des causes "multifactorielles" pour l'expliquer, ce qui ne résout rien et laisse planer le doute.


Moratoire de Bruxelles


Le 29 avril, la commission européenne annonçait un moratoire de 2 ans pour 3 pesticides qui seraient à l'origine de la mortalité des abeilles domestiques : l'imidaclopride, la clothianidine et le thiaméthoxame et ce, sur 4 cultures : le maïs, le colza, le tournesol et le coton. Une décision qui prendra effet le 1er décembre prochain. Là où le bât blesse, c'est que cette décision est pernicieuse.
En effet, les semis de colza par exemple, se font toujours en automne, ils ne seront donc pas concernés par ce moratoire qui prend effet au 1er décembre et les agriculteurs pourront donc récolter en 2014 du colza élevé aux néonicotinoïdes après que les abeilles auront copieusement butiné leurs fleurs.
Autre déviance : les céréales d'hiver ne sont pas concernées par ce moratoire. On pourra donc utiliser ces produits, comme avant, sur toutes les variétés de blés et ses dérivés, sur l'orge et l'avoine notamment...


Le frelon asiatique


Le gros problème, dénoncé les apiculteurs, c'est la rémanence du produit dans le sol. En effet, lorsque l'on cultive du blé sur une parcelle, l'année suivante, compte tenu de la rotation des cultures, on fera pousser du colza sur la même terre. Le moratoire de ces produits sur le colza deviendra donc inopérant puisque la rémanence dans le sol du produit atteindra aussi les cultures qui devraient en être protégées...
On le voit, les abeilles ne sont pas tirées d'affaire et la fertilité des reines, en baisse, ainsi que l'invasion du frelon asiatique désormais à nos portes, ne sont pas pour rassurer les apiculteurs.






Sylvain Lafarge s'est spécialisé dans la production de gelée royale


À 34 ans, Sylvain Lafarge est ingénieur forestier mais c'est dans l'apiculture qu'il s'est lancé voici déjà 5 ans. Et pas n'importe laquelle : la plus compliquée et la plus difficile, celle qui consiste à produire uniquement de la gelée royale. "J'ai côtoyé mes premières ruches alors que je n'avais que 7 ans, en compagnie de mon oncle", se souvient Sylvain qui poursuit : "je reconnais que c'est un travail très dur, qui demande une présence constante pour s'occuper des ruchers et puis prélever la gelée royale, ce qui n'est pas une mince affaire..."
Et c'est vrai, car les prélèvements se font tous les trois jours, d'avril à août. À chaque fois, ce sont des manipulations de cadres et de matériels. Aujourd'hui, le problème principal de Sylvain, c'est de remettre en état ses ruches par rapport à la surmortalité constatée l'an dernier, soit 60 % de la population en saison, probablement due à une intoxication par un fongicide employé sur des amandiers, mais il n'a pas de preuves solides.


Les Chinois, encore et toujours...


Sylvain Lafarge est le président national du Groupement des producteurs de gelée royale (GPGR) et à ce titre, il pousse un coup de gueule contre l'importation de gelée royale venant de Chine, du Vietnam ou encore de Thaïlande : "98 % de la gelée royale que l'on trouve sur le marché provient de ces pays, la France produisant, avec 1,5 tonne par an, seulement 2 % de la consommation nationale. Là où le bât blesse, c'est que l'on ne sait pas exactement comment est produite cette gelée, qui se dit souvent bio alors qu'elle ne l'est pas..."
On peut effectivement se poser quelques questions lorsque l'on sait que le kilo de gelée royale produite par nos apiculteurs est vendu aux grossistes 1 100 €alors que le kilo importé de Chine ou d'ailleurs est vendu entre 30 et 80 .! Pourtant le consommateur, lui, lorsqu'il achète de la gelée royale dans les magasins spécialisés, doit débourser entre 20 et 25 les 10 grammes, soit quelque 2 500 le kilo. Bien plus cher que la tuber melanosporum!
Sylvain Lafarge regroupe donc la petite poignée d'apiculteurs français qui produisent de la gelée royale (ils sont à peine 80). Il avoue volontiers ne pas "rouler sur l'or" et tirer difficilement un salaire qui représente un peu plus que le Smig et en ne comptant pas les heures. En revanche, il revendique un vrai métier de passionné qui lui permet de côtoyer la nature et de vivre à l'air libre, même si de plus en plus de "paperasse" l'oblige à s'enfermer des heures dans un bureau.
Ses ruches sont de véritables nurseries, des maternités à produire des abeilles. Il faut savoir qu'un oeuf fécondé donnera une abeille femelle. S'il n'est pas fécondé, c'est une abeille mâle qui naîtra. Quant à la reine, c'est une abeille femelle qui est nourrie exclusivement avec de la gelée royale. Son seul et unique travail à l'intérieur de la ruche ? Pondre et pondre encore. Jusqu'à, 2 000 oeufs chaque jour...






Fabrice Maccario, président des apiculteurs des A-H-P : "La production a baissé de 40 % en 2012"


Dans les Alpes de Haute-Provence, on compte environ 700 apiculteurs, y compris les amateurs. Les professionnels de l'apiculture, soit ceux qui disposent d'au moins 200 ruches, sont au nombre de 78 exactement. Il va sans dire que le poids de ce syndicat est, dès lors, assez réduit et que les moyens dont il dispose sont bien minces puisque les aides que lui octroie l'État n'ont rien à voir avec celles accordées à l'agriculture. Fabrice Maccario qui préside ce syndicat, est inquiet quant au devenir de cette profession, même si des jeunes s'installent.


La production du miel vous donne-t-elle satisfaction ?




Fabrice Maccario : Pas vraiment ! En 2012, nous avons enregistré une baisse de la production de 40 %. C'est énorme. Il faut savoir que la production nationale est passée de 30 000 tonnes à 16 000 tonnes, c'est donc la moitié moins. Si dans d'autres régions, on peut incriminer plusieurs causes, dont l'utilisation de produits phytosanitaires inappropriés qui nuiraient aux abeilles, ce n'est pas vraiment le cas chez nous. En effet, la cause la plus importante de la baisse de la production, c'est la météo ! Pour avoir une bonne production, il faut réunir plusieurs paramètres. L'idéal serait d'avoir une température de 20º, sans vent et une bonne humidité. Or en 2012, nous avons eu un printemps très pluvieux et froid et ensuite nous avons dû subir une grande sécheresse jusqu'en septembre. Pour ce qui concerne 2013 et eu égard au printemps pourri que nous avons, j'ai peur que la production de miel soit au moins aussi mauvaise que celle de l'an dernier...






On évoque de plus en plus une concurrence déloyale du miel chinois...




F.M : On le trouve principalement dans les grandes surfaces. Il est baptisé "miel européen" mais il vient effectivement de Chine, sans qu'il n'y soit fait référence sur l'emballage. Le consommateur est donc trompé, c'est vrai. C'est un miel très bas de gamme. En Provence, nous avons un miel IGP Label rouge qui garantit la zone de production. Pour ce faire, les miels et les pollens sont régulièrement analysés et les emplacements des ruches contrôlés. Le Label rouge garantit la pureté de notre miel puisque des analyses organoleptiques de nos produits sont obligatoires.






Quels conseils donneriez-vous aux consommateurs ?


F.M : Je leur dis surtout de faire confiance aux miels locaux et de réserver leurs achats chez les producteurs du département. Le prix moyen du miel "toutes fleurs" est d'environ 11 € le kg, celui de lavandes de 13 € le kg. En deçà de ce prix et à moins de 10 € le kg, on peut craindre sur sa provenance. Le miel de lavandes se fait de plus en plus rare chaque année et nous en manquons régulièrement depuis une dizaine d'années. Mais nos rapports avec les agriculteurs doivent être bons. Ce sont eux qui nous fournissent les emplacements pour nos ruches. En retour, ils ont besoin de nos abeilles afin d'assurer la pollinisation.


Roberto Figaroli

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Sans les abeilles, voilà à quoi ressemblerait votre supermarché   Lun 17 Juin 2013, 21:24

Sans les abeilles, voilà à quoi ressemblerait votre supermarché

Par TerraEco -



 


TERRAECO.NET- Les abeilles disparaissent. Et alors ? Ce n’est pas ça qui risque de vous empêcher de dormir, pensez-vous. Après tout, ce ne sont pas les abeilles qui acheminent votre courrier, cousent vos vêtements, remplissent votre assiette. A moins que? La chaîne de supermarchés américaine Whole Foods spécialisé dans le bio et l’équitable a imaginé la tête qu’auraient vos étals si les abeilles venaient à s’éteindre définitivement, rapporte le site américain Grist. Un aliment sur trois provient de plantes qui s’appuient sur la pollinisation des abeilles et autres insectes, souligne le géant de la distribution.
 A lire sur Grist.
Lire la suite de l'actualité "Green" sur Terraeco.net

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Re: les essaims d'abeilles   Mer 19 Juin 2013, 11:58

USA : Monsanto fait payer des amendes aux agriculteurs bio

Le jugement est tombé, le géant de la biochimie Monsanto conserve le droit de poursuivre en justice les agriculteurs biologiques dont la production a été malencontreusement contaminée par les OGM sorti de ses laboratoires.
C’est un paradoxe qui soulève l’indignation et l’incompréhension au sein de la population américaine. Monsanto, qui détient le fameux brevet pour l’herbicide Roundup et pour les semences génétiquement modifiées capables de résister à ce même désherbant, conserve le droit de poursuivre en justice n’importe quel agriculteur dont la production de maïs contiendrait plus d’1% d’OGM.
Belle ironie, sachant que ce sont les organismes génétiquement modifiés eux-mêmes qui contaminent les productions  biologiques avoisinantes.  Comme si cela ne suffisait pas de rendre les productions de ces agriculteurs invendables car non conformes aux exigences de l’agriculture biologique, Monsanto compte aussi s’enrichir sur la contamination dont elle est à l’origine.
Lundi, la cour d’appel fédérale des Etats-Unis a débouté le groupe d’une cinquantaine d’agriculteurs bio alliés dans une bataille juridique qui semble pencher en faveur du géant de la biochimie. Les juges américains ont statué en s’appuyant sur  l’engagement pris par la société sur son site web, où elle explique en quelques lignes qu’une action en justice serait engagée uniquement dans le cas où plus d’1% de la production des agriculteurs biologiques contiendrait des OGM.
Aucune raison de s’inquiéter donc, si Monsanto a promis. Là en est bien la preuve,  entre 1997 et 2010, la société a déposé 144 plaintes pour violation de brevet. Reste à savoir que la contamination par les OGM est parfaitement accidentelle, et que les agriculteurs n’ont pas forcément conscience que leur production est atteinte.
Leur crainte de voir les avocats de Monsanto les traîner en justice pour violation de brevet  est donc bel et bien fondée, mais la justice américaine continue à faire l’autruche.
Alors qui est à blâmer pour cette mascarade ? Certains pointent du doigt le lobby Monsanto, qui a maintes fois réussi à rallier juges et politiciens à ses côtés.
Dernier exemple en date, le « Monsanto Protection Act », ratifié fin mars, qui empêche la justice américaine de suspendre la vente ou la culture d’OGM, malgré la remise en cause de leur homologation.
Erratum : Il s'agit bel et bien de production de maïs et non de blé, veuillez nous excuser pour cette coquille.
Rédaction : Justine Chrisment
Source : Yahoo news - CNBC.com

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: La Russie avertit les États-Unis : la disparition des abeilles provoquerait une 3ème guerre mondiale   Mar 02 Juil 2013, 22:26

La Russie avertit les États-Unis : la disparition des abeilles provoquerait une 3ème guerre mondiale
 
 

Martin Rousseau, 24 mai 2013

Fait incroyable en Russie la semaine dernière : John Kerry, le secrétaire d’Etat américain, a été forcé d’attendre pendant 3 heures Vladimir Poutine, très énervé contre Barack Obama. La raison ?  Des pesticides et la destruction massive des abeilles.

On savait déjà que les relations entre la Russie et les États-Unis étaient houleuses, mais la semaine dernière, un nouveau point de désaccord est venu s’immiscer entre les deux puissances. La raison de cette mésentente ? Un rapport du Ministry of Natural Resources and Environment of the Russian Federation (MRNE) ayant des « preuves incontestées » que certains insecticides neuro-actifs liés à la nicotine et plus connus sous le nom de néo-nicotinoïdes, seraient en train d’exterminer les abeilles et par conséquent, menaceraient les récoltes du monde entier. 



 
 
     
Lors d’un voyage diplomatique en Russie, le secrétaire d’État américain John Kerry a été forcé d’attendre pendant trois heures avant d’être reçu par le président russe Vladimir Poutine.

Celui-ci était particulièrement énervé par le fait que Barack Obama ait refusé de discuter de ce sujet qui préoccupe la communauté scientifique.

 
 
 


En effet le président américain protègerait les deux géants de l’agrochimie Syngenta et Monsanto, qui produisent ces produits. La première entreprise avait déjà été condamnée en Allemagne pour avoir caché le fait que son maïs génétiquement modifié tuait le bétail. La Commission Européenne a quant à elle récemment interdit l’usage de ces néo-nicotinoïdes sur le continent. 



 
  
 
Selon un rapport publié en mars par l’American Bird Conservancy,  »Il est clair que ces produits chimiques ont le potentiel d’affecter des chaînes alimentaires entières. La persistance dans l’environnement des néo-nicotinoïdes, leur propension au ruissellement et à l’infiltration dans les eaux souterraines, et leur mode d’action cumulatif et grandement irréversible chez les invertébrés soulèvent des inquiétudes écologiques sérieuses«


Malgré cela, les États-Unis continuent d’utiliser ces néo-nicotinoïdes et protègeraient les producteurs de ces pesticides. Une attitude qui a amené le gouvernement russe à avertir qu’il « mènera très certainement » une guerre mondiale si rien n’était fait pour stopper ce désastre. Espérons que les deux pays trouvent un terrain d’entente…
 
   


 
 On espère vivement que des discussions entre les deux états reprennent. Si ces études scientifiques s’avèrent exactes, les conséquences d’une disparition des abeilles seraient absolument désastreuses pour les récoltes du monde entier. Et les rares ressources alimentaires seraient certainement disputées au prix fort… Pensez-vous que les États-Unis doivent prendre en compte les menaces de la Russie ? Et plus encore, que la France prenne position sur ces pesticides qui déciment nos abeilles ?
  
 

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Une ruche dans la ville contre la mort des abeilles   Mer 17 Juil 2013, 23:01

http://www.consoglobe.com/


Une ruche dans la ville contre la mort des abeilles



 



On ne cesse actuellement de faire le compte des maladies et des phénomènes qui font chuter les populations d’abeilles. A l’opposé, certains tentent d’aider les abeilles, par exemple avec ce modèle de ruche urbaine.

Une ruche pour tous, en ville


La conception de To-Bee vient de Levi Bar, de l’Académie Bezatel d’Art et de Design à Jérusalem. Cet étudiant s’est mis en tête de créer une ruche accessible à tous, de manière à accueillir une petite population d’abeilles en ville.

L’idée : sensibiliser la population aux conséquences de la disparition des abeilles, non pas seulement le miel, mais au-delà l’effet sur la pollinisation. Les abeilles sont utiles aux plantes et aux fleurs, et posséder une ruche à son domicile peut avoir ses avantages.

Apiculture pour tous ?

Bien entendu, l’apiculture est une discipline précise mais pour ceux qui veulent s’y mettre, ce système est plus simple à mettre en place que d’autres.

L’avantage pour les familles et les curieux : la ruche se compose d’une étagère en terre cuite mais comporte et bois et une paroi vitrée pour observer le travail des abeilles.


 


Cette initiative rejoint d’autres idées comme celle de Beehaus au Royaume-Uni :


  • Biodiversité. Sauvons nos abeilles !










A la différence que la ruche To-Bee en est cependant au stade de prototype et n’est pas commercialisée pour le moment.

*


  • Un pesticide pour expliquer l’effondrement des colonies d’abeilles ?








  • 5 manières d’aider les abeilles








  • Fin des abeilles = fin du monde ?








  • Je parraine une ruche









_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Pourquoi les alvéoles à miel des abeilles sont en forme d’hexagone? (et pas carrées)   Jeu 18 Juil 2013, 06:50

http://www.20minutes.fr/


Pourquoi les alvéoles à miel des abeilles sont en forme d’hexagone? (et pas carrées)
 

Des abeilles se nourrissent du miel contenu dans les alvéoles de cire d'un cadre de ruche. ALAIN JULIEN / AFP

PHYSIQUE – Non, les abeilles sont pas bonnes en maths et sont encore plus nulles en design. La forme hexagonale des alvéoles s’explique par les propriétés physiques de la cire...


Elles fascinent depuis des lustres par la complexité et la perfection de leur géométrie: une équipe de chercheurs révèle comment les alvéoles à miel des abeilles prennent leur forme hexagonale. Charles Darwin jugeait le nid d'abeilles «absolument parfait en économisant la main-d'oeuvre et la cire». De nombreuses hypothèses ont été proposées à travers les siècles pour expliquer la géométrie étonnante des alvéoles des abeilles. On a même prêté aux insectes l'étrange capacité d'effectuer des calculs mathématiques complexes pour mesurer des longueurs et des angles.


D’abord de forme circulaire


L'équipe du professeur Bhushan Karihaloo (Université de Cardiff) a constaté que dans la nature, les alvéoles des abeilles sont d'abord de forme circulaire, avant de se transformer rapidement en hexagones arrondis, au fur et à mesure de la construction des rayons, ces sortes d'étagères où elles rangent le pollen et le miel. Le mécanisme de cette transformation, expliquent les chercheurs mercredi dans la revue Interface de la Royal Society britannique, repose sur l'écoulement de cire fondue à la jonction avec des cellules voisines.


Comme du caramel


Voilà! L'explication réside en fait dans les propriétés physiques de la cire utilisée pour construire les alvéoles circulaires. Car à une température d'environ 45 degrés Celsius, la cire commence à couler lentement comme un liquide élastique, visqueux. Elle s'étire comme du caramel, et des angles se forment à la jonction des cellules, donnant naissance à des hexagones.


Les ouvrières, source de chaleur


La chaleur à l'origine de cette transformation est fournie par les abeilles ouvrières qui travaillent furieusement, côte à côte, à la construction des rayons, expliquent les chercheurs. Même si l'énigme de cette étonnante structure a pu être résolue grâce à une combinaison de physique et de mathématiques, les chercheurs rendent néanmoins hommage au travail des insectes. «Nous ne pouvons que nous émerveiller devant le rôle joué par les abeilles dans ce processus, lorsqu'elles chauffent, pétrissent et amincissent la cire exactement là où c'est nécessaire», indiquent-ils.


J.M. (avec AFP)

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: CANCER : Le venin d'abeilles détruit les cellules cancéreuses    Jeu 29 Aoû 2013, 21:28

http://www.abeille-hainaut.be/FRUPAH/
 
CANCER : Le venin d'abeilles détruit les cellules cancéreuses

Écrit par Mottoul Jean-Philippe   
Le Journal of Clinical Investigation publie une étude relayée le Service de santé britannique (NHS) expliquant comment les chercheurs ont utilisé de minuscules particules contenant de la melittine, principal composant du venin d’abeille, pour cibler, chez la souris, des cellules cancéreuses. L'injection de ces nanoparticules de melittine aurait réduit la croissance des tumeurs d'environ 25%


La mélittine est le principal constituant du venin d'abeille et possède toute une gamme de fonctions pharmacologiques. L’étude menée par Neelesh R Soman et coll. de la Washington University School of Medicine (St Louis), financée par les National Institutes of Health et l'American Heart Association (AHA) a donc cherché à utiliser de "minuscules" particules pleines de mellitine pour cibler les cellules cancéreuses. Appelées « nanobees », ces particules testées chez la souris, ont entrainé le ralentissement de la croissance de tumeurs mammaires et de la peau.
 
Cette recherche sur le potentiel anti-cancereux de la melittine portée par des nanoparticules est encore à un stade très précoce, précise le NHS. Ses effets ont été testés en laboratoire uniquement sur une courte durée, sur un nombre limité de types de cellules cancéreuses et sur des souris. Beaucoup d’autres essais sur l’animal restent nécessaires avant de passer à d’éventuels essais cliniques sur l'homme.


 
La melittine, composant du venin d’abeille, attaque les cellules par leurs membranes puis par leurs structures intérieures, entraînant la « mort cellulaire ». L’objectif des chercheurs était d’abord de réussir à intégrer la melittine dans des nanoparticules et ensuite de faire en sorte que ces particules ciblent bien les cellules cancéreuses. Les chercheurs ont donc commencé par étudier la façon dont les cellules sont affectées par des nanoparticules contenant de la melittine puis comment des injections intraveineuses agissaient sur des souris atteintes de tumeurs.



 


La melittine apparaît moins toxique pour les cellules de la souris lorsqu’elles sont injectées en nanoparticules et plus efficaces sur les tumeurs. Les souris ayant reçu des injections de nanoparticules de melittine n'ont montré aucun signe de rupture des globules rouges du sang et aucun signe de dommages sur les organes de la souris.


L'injection de nanoparticules de melittine réduit la croissance de la tumeur d'environ 25% par rapport à des injections de contrôle (eau salée). Ces nanoparticules ciblées réduisent également la formation de lésions précancéreuses sur les oreilles de souris atteintes de cancer de la peau.
 
Les chercheurs concluent donc que des nanoparticules contenant de la melittine peuvent réduire voire détruire des tumeurs et des lésions précancéreuses.

 



Source:

Journal of clinical investigation, « Molecularly targeted nanocarriers deliver the cytolytic peptide melittin specifically to tumor cells in mice, reducing tumor growth” =&search[authors_text]=Neelesh+R+Soman]http://www.jci.org/articles/view/38842?search%5Barticle_text%5D=&search%5Bauthors_text%5D=Neelesh+R+Soman+



Vignette: nanoparticules with melittin : http://www.jci.org/articles/view/38842/figure/1 , Abeille NHS


Visuel : Therapeutic efficacy of melittin-loaded nanoparticles in syngeneic B16F10 mouse

melanoma tumors http://www.jci.org/articles/view/38842/figure/3

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: En Isère, du miel de couleur verte   Ven 13 Sep 2013, 08:05

En Isère, du miel de couleur verte

Par Le Nouvel Observateur avec AFP

Deux jeunes apiculteurs soupçonnent leurs abeilles de de butiner à l'usine voisine du fabricant de sirops Teisseire.
 
 



Du miel de couleur verte en Isère. Capture du site du "Dauphiné libéré" http://www.ledauphine.com/isere-sud/2013/09/11/bernin-crolles-des-apiculteurs-ont-extrait-de-leurs-ruches-un-miel-colore

Deux jeunes apiculteurs amateurs, qui ont récolté un mystérieux miel vert dans deux ruches installées à Bernin (Isère), soupçonnent leurs abeilles de butiner à l'usine voisine du fabricant de sirops et jus de fruit Teisseire, ont-ils indiqué jeudi 12 septembre à l'AFP.






Mercredi, "la ruche était entièrement verte. C'était incroyable à voir", a témoigné Maxime Favier, 25 ans, confirmant une information du "Dauphiné Libéré".






Le jeune homme, technicien dans le paramédical, et son ami Pierre-Gwenaël Bard, ingénieur de 27 ans, disposent de deux ruches dans le petit village de Bernin, au pied du massif de la Chartreuse.
"Ça a commencé il y a bien 15 jours. On a remarqué en faisant nos traitements que quelques cellules étaient remplies de miel vert ou rouge", a expliqué M. Favier.






"On retrouve le goût sucré du miel, la texture et la consistance sont la même mais on a une fraîcheur mentholée", a-t-il détaillé.


Un apiculteur voisin a lui aussi récolté "50 kilos" de ce miel vert, selon lui.


En 2012, un miel bleu


Les jeunes apiculteurs soupçonnent leurs abeilles d'être allées butiner à l'usine Teisseire de Crolles, située à moins de deux kilomètres de là.


"On sait que les abeilles ont un goût prononcé pour tout ce qui est sucré et sirop. Ce ne sont que des soupçons mais, vu la proximité, je ne vois pas ce que ça pourrait être d'autre", estime M. Favier.
Ils s'inquiètent en outre que ce miel vert, qui doit servir aux abeilles à passer l'hiver, n'empoisonne leurs insectes.


La direction de Teisseire doit rencontrer les deux apiculteurs la semaine prochaine et faire procéder à des analyses sur le miel, selon M. Favier.


"S'ils nous apportent la preuve que ce n'est pas eux, on ira chercher ailleurs", ajoute son ami Pierre-Gwenaël Bard.


Contactée par l'AFP, la société n'avait pas donné suite jeudi en fin d'après-midi.


En 2012, un miel bleu avait été récolté par des apiculteurs du Haut-Rhin à proximité d'une usine de méthanisation dont les conteneurs renfermaient des confiseries industrielles, avait rapporté la presse locale.

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Les abeilles, reines de l’économie d’énergie en plein vol   Lun 21 Oct 2013, 14:45

Les abeilles, reines de l’économie d’énergie en plein vol



Par Arnaud Devillard
Sciences et Avenir



Un chercheur a étudié, en les filmant, la manière dont les abeilles parvenait à traverser des forts vents et des intempéries.

 



Image d'illustration. Paul-André Coumes / Biosphoto
Sur le même sujet


  • » L'énigme des alvéoles hexagonales est résolue




  • » Le diesel empêche les abeilles de butiner




[color=#00ef0e][b">TECHNIQUE. Pour avancer contre le vent, la méthode classique consiste à forcer l’allure pour maintenir le cap. Pas chez les abeilles. Une équipe composée de trois chercheurs en biologie de Harvard et d’un universitaire de l’école d’ingénierie mécanique et aérospatiale de la RMIT University de Melbourne, a découvert que ces insectes étaient capables de continuer à butiner et à se déplacer dans les airs malgré les perturbations, mais sans accélérer.
Pour cela, les chercheurs ont reconstitué des conditions de vols perturbées en laboratoire. Ils ont fait jeuner des abeilles, puis les ont placées dans un tunnel de 6 mètres de long au bout duquel se trouvait une fleur à butiner. En libérant les abeilles dans le conduit, les chercheurs y ont aussi envoyé du vent (à 2,55 m/s en moyenne), propre à gêner la progression des insectes.
Tout au long de l’expérience, ils ont filmé le comportement des abeilles à l’aide d’une caméra Photron SA3 à haute vitesse. Ils ont numérisé et modélisé les séquences pour les observer au ralenti afin de décomposer les mouvements. Les résultats de cette expérience ont fait l’objet d’un article dans The Journal of experimental biology.



Crédit Sridhar Ravi.

FLUCTUATIONS. Les chercheurs ont observé que les abeilles, soumises à des vents contraires, latéraux ou verticaux, ne filaient pas en ligne droite. Les insectes ne s’acharnent pas à lutter contre le vent. Leur vitesse de vol subit à l’inverse des fluctuations, ce qui leur permet de préserver leur énergie et de ne pas s’épuiser.

« Elles n’ont eu aucun mal à voler dans les conditions difficiles que nous avons créées pour elles pour cette expérience, explique à Sciences et Avenir Sridhar Ravi, chercheur à Harvard. Nous avons découvert qu’elles utilisaient diverses stratégies pour entretenir leur stabilité, comme observer de rapides changements dans leur trajet et jouer avec l’orientation de leur corps, en comprimant leur abdomen. »

MICRO-DRONES. Selon le chercheur, ces procédés pourraient être appliqués au vol de micro-drones, des engins volants généralement long d’une vingtaine de centimètres et programmés pour effectuer des missions précises (photographie, collecte de données sur la météo, sur un écosystème, surveillance de catastrophe…). De tels appareils sont très sensibles aux conditions météo. En dupliquant ce que parviennent à faire les abeilles, il possible d’envoyer de tels engins dans les airs malgré les conditions météo.

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Cri d'alarme d'apiculteurs pour stopper "l'hémorragie des abeilles"    Ven 08 Nov 2013, 11:20


Cri d'alarme d'apiculteurs pour stopper "l'hémorragie des abeilles"
 
http://actu.voila.fr/
 


 


La profession estime que le taux de mortalité des abeilles est passé de 5% dans les années 1990 à 30% aujourd’hui.

 
La fédération Française des Apiculteurs Professionnels (FFAP) a dressé mercredi un état des lieux dramatique de la situation des abeilles, dont la surmortalité continue d'augmenter, épinglant les pesticides comme l'une des causes majeures de leur disparition, lors de leur Assemblée générale annuelle dans la Drôme.

"Il y a véritable urgence à stopper l’hémorragie des abeilles, notre métier est menacé, nous connaissons des exploitations où la mortalité a augmenté de 50% d'un hiver à l'autre", a souligné à l'AFP Yvan Goutequillet, porte-parole national de la FFAP et apiculteur en Auvergne.

La profession estime que le taux de mortalité des abeilles est passé de 5% dans les années 1990 à 30% aujourd’hui.

La Commission européenne a proposé, à compter de décembre, et pour deux ans, d'interdire pour quatre grandes cultures (maïs, colza, tournesol et coton) trois molécules appelées néonicotinoïdes, utilisées dans des pesticides accusés de contribuer à la forte mortalité des abeilles enregistrée ces dernières années.

Les syndicats agricoles FNSEA et coordination rurale avaient qualifié cette décision de "hâtive", les néonicotinoïdes revêtant selon eux un intérêt majeur pour les filières grandes cultures.

Mais sur le terrain, la situation demeure "très difficile" ont relevé plusieurs apiculteurs de la FFAP.

"En 2010 j'ai perdu 80% de mon cheptel, à cause de mauvaises pratiques agricoles, des pesticides avaient été utilisés dans des champs pendant la montée du nectar", a souligné Patrice, apiculteur depuis 30 ans en Franche Comté.

Nicolas Guintini, apiculteur en Isère et co-président de l'Adara (Association pour le développement de l'apiculture en Rhône-Alpes) a déploré "ces cocktails de fongicides et pesticides" qui peuvent intoxiquer jusqu'à deux tiers des ruches selon lui.

Dans ces cas d'intoxications, a-t-il souligné, les abeilles souffrent de plusieurs maux, dont la désorientation, les chocs thermiques, la paralysie, la mort..

 

 

Le frelon asiatique empoisonne toujours la vie des apiculteurs
 
 
 




 


Un frelon asiatique photographié dans le département de la Dordogne

Le frelon asiatique, malgré son classement en espèce "nuisible" fin 2012 et un plan de lutte, empoisonne toujours la vie des apiculteurs qui ont réclamé jeudi des mesures renforcées contre ce prédateur d'abeilles.

"Un an après l’annonce de son classement nuisible, sur le terrain, rien n'a changé !", affirme l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) dans un communiqué.

Fin 2012, les ministères de l'Ecologie et de l'Agriculture avaient annoncé le classement comme espèce nuisible du frelon asiatique, arrivé dans le Sud-Ouest en 2004 dans des poteries venues de Chine et désormais présent dans une soixantaine de départements. En février, le gouvernement avait ensuite lancé un plan pour tenter de lutter contre la surmortalité des abeilles.

Au bout d'un an, l'Unaf ne constate "aucune amélioration de la situation au niveau des ruchers". "Si, dans certaines régions déjà bien touchées, la pression du frelon est moindre cette année, c’est du fait de la météo défavorable à son développement ce printemps. Mais dans certaines zones peu colonisées, le frelon était bel et bien présent", selon le syndicat.

L'Unaf réclame donc de nouvelles mesures, notamment "le respect de l’engagement pris du classement du frelon asiatique en danger sanitaire de 1ère catégorie et non pas en 2e catégorie" comme c'est le cas. "La différence est simple. Dans la 1ère catégorie, la lutte est rendue obligatoire par l’administration avec les moyens qui l'accompagnent. Dans la 2e, le danger est considéré de moindre gravité et la lutte est volontaire avec des moyens financiers quasi inexistants", souligne-t-elle.

Les apiculteurs demandent aussi l'"autorisation pérenne" du dioxyde de soufre pour détruire les frelons. Ce gaz, jusqu'ici interdit pour cette utilisation, a été autorisé en septembre par le gouvernement mais seulement pour 120 jours.

Ils souhaitent enfin pouvoir piéger les femelles des frelons au printemps alors que, selon l'Unaf, le piégeage des frelons est actuellement restreint "aux environs des ruchers et à la saison de prédation du frelon", un type de lutte "malheureusement insuffisant pour protéger les abeilles".


J'ai souscrit une +assurance ruche+, mais cela ne couvre pas la perte du chiffre d'affaires", a ajouté l'apiculteur, soulignant qu'une ruche produisant par exemple de la gelée royale est estimée à 1.000 euros.

Le ministère de l'Agriculture rappelle qu'un tiers de ce que nous mangeons n'existerait plus si les abeilles disparaissaient, car 80% des plantes à fleurs son pollinisées par les insectes (abeilles, bourdons, papillons).

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Alpes-de-Haute-Provence : fonds d'allégement des charges en faveur de la filière apicole   Mar 12 Nov 2013, 22:23

http://www.hauteprovenceinfo.com/
 
Alpes-de-Haute-Provence : fonds d'allégement des charges en faveur de la filière apicole


Une enveloppe de 450 000 euros a été allouée par l'État en direction des exploitants. Les plus touchés par les mauvaises conditions climatiques peuvent formuler leur demande jusqu'en janvier.

Les conditions climatiques de ces deux dernières années n’ont pas été favorables à la production de nectar et de pollen contribuant ainsi, pour la deuxième année consécutive, à une baisse de production des produits de la ruche, alors même que les charges d’exploitation des apiculteurs ont augmenté. Le Ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt a annoncé le 18 septembre 2013 la mise en place d’une enveloppe de 450 000 euros pour la prise en charge partielle des intérêts 2013 des prêts professionnels à long et moyen terme, d’une durée supérieure ou égale à 24 mois des apiculteurs.

Peuvent bénéficier de l’aide, les exploitants agricoles à titre principal, les groupements agricoles d’exploitation en commun (GAEC) , les exploitations agricoles à responsabilité limitée (EARL) et les autres personnes morales ayant pour objet l’exploitation agricole et dont au moins 50 % du capital est détenu par des exploitants agricoles à titre principal, qui :
- ont un numéro SIRET,
- sont spécialisés dans la production apicole à au moins 75 % de leur chiffre d’affaires total d’exploitation,
- ayant un poids d’endettement minimum de 25 %
- présentant une baisse d’au moins 25 % de leur EBE au dernier exercice clos par rapport à la moyenne des 5 années précédentes,
L’aide est plafonnée pour le cas général à 20 % de l’annuité 2013 (30 % pour les récents investisseurs, 40 % pour les jeunes agriculteurs).

 
Les formulaires de demande peuvent être téléchargés à l’adresse suivante : https://www.formulaires.modernisation.gouv.fr/gf/cerfa_14993.do et doivent être retournés, accompagnés des pièces nécessaires, au plus tard le 15 janvier 2014 à la DDT (l’extraction de l’annuité pourra être transmise postérieurement à cette date).

Pour tout renseignement complémentaire sur cette mesure, veuillez vous adresser à la DDT 04, Virginie Tarquin, 04 92 30 20 75, virginie.tarquin@alpes-de-haute-provence.gouv.fr
 
Source : Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Désormais, on peut entraîner les abeilles à détecter votre cancer    Sam 30 Nov 2013, 09:18

Actualité Sciences & Nature
 
 

Désormais, on peut entraîner les abeilles à détecter votre cancer


http://www.lepoint.fr/

Les abeilles peuvent détecter des odeurs chimiques spécifiques et donc aider à la lutte contre le cancer, la tuberculose, le diabète... Et le terrorisme.






 

La designer portugaise Susana Soares a mis au point des modèles en verre pour les abeilles. © DR / DR


 
 

Les scientifiques ont découvert que les abeilles classiques - Apis mellifera - ont un sens extraordinaire de l'odorat, bien supérieur à celui des chiens. Il est de plus très facile d'entraîner les abeilles à détecter des odeurs chimiques spécifiques. Cela peut être fait en une dizaine de minutes. On associe une odeur à une promesse de récompense et les abeilles vont se diriger vers les endroits d'où cette odeur provient. Simple comme bonjour. Cette opération a été présentée à la Dutch design week d'Eindhoven aux Pays-Bas.




On peut donc entraîner sans souci les abeilles à détecter la tuberculose, le diabète, le cancer du poumon, de la peau ou du pancréas. On fait par exemple respirer les patients dans une bulle en verre contenant des abeilles et avec différents compartiments pour voir si elles se dirigent vers l'odeur.



Lutter contre le terrorisme




La designer portugaise Susana Soares a mis au point toute une série de modèles en verre, dont certains avec trois compartiments, où le patient expire dans un en-bout. Des abeilles ont également été entraînées à détecter les explosifs et sont employées dans des opérations de contre-terrorisme. En règle générale, quelque soit l'odeur proposée, les abeilles la gardent en mémoire toute leur vie. Les possibilités sont infinies...

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Le miel... cette petite merveille   Dim 15 Déc 2013, 20:39

Le miel... cette petite merveille

Par Raffa

http://raffa.grandmenage.info/
 
Le miel constitue l'un des plus ancien aliment de l'humanité. Il est considéré partout comme un cadeau de la nature et un symbole de pureté. Des traces archéologiques et des documents historiques prouvent qu'il fait partie de la vie humaine depuis au moins 10 000 ans. Néanmoins on estime que c'est il y 4400 ans que les égyptiens ont domestiqué l'abeille à l'aide de ruches en poterie. C'est probablement l'aliment qui a le plus de longévité dans l'histoire de l'alimentation humaine et il a été longtemps le seul édulcorant.


(c) Le miel dans tous ses états - Neuch


Fabrication du miel


Comme chacun sait, le miel est produit par les abeilles, insectes hyménoptères, à partir du nectar des fleurs. La composition et l'abondance de ce dernier détermine l'attractivité de la fleur vis à vis de l'abeille et le caractère du miel produit (goût, arôme, couleur).

La composition florale du miel dépend des plantes présentes autour du rucher. Le nectar est composé d'eau (de 50 à 80%) de sucres (de 8 à 50%), d’huiles essentielles, d’acides organiques et de sels minéraux. La composition chimique du nectar varie d'une plantes à l'autre.

On distingue celui où domine le saccharose, celui où le saccharose et l’association fructose-glucose sont en proportions égales et celui où l’association fructose-glucose prédomine. Des sucres mineurs sont aussi présents : maltose, tréhalose, raffinose, mélibiose, etc.


Aspiré par l'appareil lécheur-suceur de l'abeille, le nectar s'accumule dans une partie spécialisée du tube digestif: le jabot (l'abeille peut transporter presque son propre poids de nectar). Sous l'action des enzymes digestives, il subit un début de transformation chimique (transformation du saccharose en fructose et glucose, élimination d'eau). A la ruche, l'abeille butineuse régurgite le contenu du jabot avant de repartir à la récolte. Une butineuse effectue en moyenne par jour 25 trajets de 1 km chacun et visite entre 3000 et 4000 fleurs pour fabriquer 1/10 de gramme de miel.




(c) La ruche Dadant - Zébulon


Les ouvrières se transmettent ensuite le nectar plusieurs fois de bouche à jabot (trophollaxie). Elles lui transmettent, par la même occasion, un certain nombre de substances aux propriétés variées (inhibines).

Elles finissent par le dégorger dans une cellule. A ce stade le miel ne contient plus que des sucres simples. Ensuite, les ventileuses prennent le relais et battent très vite des ailes jusqu'à ce que les 2 tiers de l'eau du nectar se soit évaporé (action amplifiée par la température de la ruche : 37°).

Quand le miel est prêt (18% d'eau en moyenne et 80% de fructose et de glucose), elles ferment la cellule par une fine couche de cire : l'opercule. La récolte de l'apiculteur peut commencer quand les 3/4 des alvéoles sont operculées. Il récoltera en moyenne 15 à 20 kg de miel par ruche et par an.



Composition du miel


Le codex alimentarius de la FAO et l'OMS définit le miel de la manière suivante (1969) "Le miel est la denrée produite par les abeilles mellifiques à partir du nectar des fleurs ou de certaines sécrétions provenant de parties vivantes de plantes ou se trouvant sur elles, qu'elles butinent, transforment, combinent avec des matières spécifiques propres, emmagasinent et laissent mûrir dans les rayons de la ruche. Cette denrée peut être fluide, épaisse ou cristallisée." Il découle de cette définition que le miel ne peut contenir aucun additif, colorant, conservateur, parfum etc.

Le miel est par définition un aliment naturel.


Sa composition est extrêmement complexe (près de 200 substances différentes), elle se compose (d'après le Dr Donadieu):



  • D'eau (17 à 18%.)
  • De glucides (78 à 80%), essentiellement du fructose (ou lévulose): 38%, du glucose (ou dextrose: 31%), ainsi que du maltose, du saccharose et divers autres polysaccharides.
  • De lipides (corps gras) en infime quantité sous forme de glycérides et d'acides gras (acide palmitique, oléique et linoléique).
  • De protides en petite quantité: moins de 1%, mais contenant un très grand nombre d'acides aminés libres: acide aspartique, acide glutamique, alanine, arginine, asparagine, cystine, glycine, histidine, isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, proline, sérine, tryptophane, tyrosine et valine.
  • D'acides organiques libres ou combinés sous forme de lactones: 0,3%, le principal d'entre eux étant l'acide gluconique.
  • D'éléments minéraux, plus d'une trentaine déjà inventoriés dont chacun a un rôle dans l'orgasisme (oligo-éléments): aluminium, argent, arsenic, baryum, béryllium, brome, calcium, césium, chlore, chrome, cobalt, cuivre, fer, lithium, magnésium, manganèse, mercure, molybdène, nickel, or, palladium, phosphore, potassium, rubidium, scandium, silicium, sodium, soufre, strontium, titane, vanadium, zinc, zirconium. Ils ne sont pas tous toujours présents (plus le miel est foncé plus il contient de minéraux). Par contre, certains le sont systématiquement comme le potassium.
  • De vitamines B1, B2, B3 ou vitamine PP, B5, B6, C, et accessoirement les vitamines A, B8 ou vitamine H, B9, D et K.
  • D'enzymes facilitant la digestion des aliments et qui ont à l'origine de certaines vertus du miel. Elles sont détruites par un chauffage du miel.
  • D'antibiotiques naturels, regroupés sous le nom générique d'inhibine, qui sont en fait de puissants bactériostatiques
  • De nombreuses autres substances diverses, et plus particulièrement:
    - un principe cholinergique proche de l'acétylcholine;
    - un principe œstrogène;
    - des flavonoïdes dotés de multiples et intéressantes propriétés physiologiques;
    - des alcools et des esters;
    - des substances aromatiques qui non seulement donnent l'arôme et le goût spécifique d'un miel donné, mais qui ont aussi des vertus thérapeutiques;
    - des matières pigmentaires spécifiques à chaque miel qui lui donnent sa couleur propre;
    - et enfin des grains de pollen qui en signent l'origine botanique.




Propriétés

Très concentré en sucres directement assimilables, le miel est l'aliment energétique par excellence. Il apporte moins de calories que le sucre (saccharose) pour un pouvoir sucrant plus important (et en étant moins nocif pour les dents). Personnellement je sucre quasi exclusivement au miel (ou aux fruits), sauf en cas de cuisson (je reparlerai des différents édulcorants). Il favorise aussi l'assimilation de différents aliments en particulier le calcium et le magnésium.

Par ailleurs tous les miels sont anti-anémiques, antiseptiques, apéritifs, béchiques (calment la toux), digestifs, diurétiques, énergétiques, émolients (relachent, détendent), fébrifuges, laxatifs, sédatifs, stimulants immunitaires et vicariants (contre les déficiences en général) à des degrés divers.

Grâce à ces propriétés, le miel est utilisé pour traiter les plaies et les ulcères de la peau : il désinfecte et accelère la cicatrisation. Il est aussi utile en cosmétologie (voir des recettes sur
Beauté au naturel avec le miel). Last but not least, le miel est très pratique pour l'utilisation de l'aromathérapie en interne (un petit truc en passant, pour absorber vite fait 1 ou 2 goutes d'HE, prenez une cc de miel assez épais, creusez un petit trou dedans avec le bout de votre langue, versez les goutes dans le trou et enfournez ).

Enfin, chaque miel a une composition et donc un goût, une odeur, une couleur, une consistance, des propriétés diététiques et thérapeutiques qui lui sont propres, en plus des propriétés communes à tous les miels (voir le tableau suivant).


Origine floralePropriétésCouleur et consistanceGoût et Odeur
ACACIAAntispasmodique
Calmante
Digestive
Diététique
Expectorante
Reconstituant
Sudorifique
C: jaune or clair et transparent
c : Liquide
G :doux et floral
O :légère, subtile et délicieuse.

AUBEPINEAntispasmodique
Calmante
Sédative
Tonique du cœur
C : ivoire légèrement ambrée.
c : onctueuse à granulation fine
G : léger, délicat, doux et agréable
O : très parfumée
BRUYEREAnti-anémique
Antirhumatismale
Désinfectante des voies urinaires
Diurétique
Energétique
Reminéralisant
C : brune foncée tirant sur le roux.
c : sirupeuse très épaisse caractéristique
G : persistant et pénétrant, saveur forte et permanente avec arrière-gout légèrement amère
O : prononcée
CHATAIGNIERAccélératrice de la circulation sanguine
Anti-anémique
Diurétique
Dynamogénique
Reminéralisant
C : ocre jaune foncé.
c : assez épaisse à cristallisation assez fine
G : fort et persistant, très relevé, légèrement salé et amère
O : forte et piquante.

COLZADigestive
G : saveur peu prononcée
O: de beurre frais
EUCALYPTUSAide à la respiration
Désinfectante des voies urinaires
Digestive
C : jaune assez foncée
c : pâteuse à granulation fine
G : prononcé et persistant, légèrement acidulé, avec une touche mentholée et aromatique
O: forte et agréable
LAVANDEAccélératrice de la circulation sanguine
Aide à la respiration
Antirhumatismale
Antiseptique
Antispasmodique
Diurétique
Energétique
C : blanche à dorée.
c: onctueuse à granulation fine.
G :Fin, parfumé, délicat et persistant
O : délicate fort agréable
ORANGERAntispasmodique
Calmante
Sédative
C : jaune doré et transparent
c : fluide à onctueuse et à cristallisation irrégulière
G : Doux et très fin
O: légère très agréable
ORIGANAnti-aérophagique
Antirhumatismale


LUZERNEAntiseptique
Calmante
Digestive

G : léger et diffus,
O: légèrement poivré
ROMARINAntiseptique
Calmante
Cholérétique
Cholagogue
Digestive
Sédative
C : pâle, presque blanche, parfois très légèrement dorée
c : onctueuse à pâteuse
G : Fort et persistant, légèrement piquant et vivace
O : caractéristique assez prononcée et fort agréable
RONCE
Dynamisant
Contre les maux de gorge

C : ambré foncé
G : parfumé
SAPINAide à la respiration
Anti-anémique
Antiseptique
Digestive
Diurétique
Reminéralisant
Sédative
C : brun-noir aux reflets vert sombre
c : liquide, parfois légèrement pâteuse
G : fortement aromatique et balsamique avec une légère odeur de résine, saveur douce, maltée, sans aucune amertume.
O : aromatique marquée très agréable
SARRASINAnti-anémique
Energétique
Nutritive
Reminéralisant
Renforce le système osseux
C : brune foncée.
c : épaisse
G : Pénétrant, prononcé mais fin, très particulier.
O : caractéristique
SARRIETTEAnti-aérophagique
Antispasmodique
Energétique

G : Très prononcé à tendance balsamique (sent parfois la térébenthine), saveur persistante et agréable quoique légèrement poivrée
THYMAide à la respiration
Antiseptique
Digestive
Energétique
Reconstituant
C : assez foncée tirant sur le brun
c : onctueuse à pâteuse
G : fort et légèrement piquant, musqué
O : fortement aromatique
TILLEULAntispasmodique
Calmante
Digestive
Sédative
C : jaune clair et transparent
c : assez épaisse à cristallisation fine très lente
G : fin et pénétrant, fortement parfumé, demeurant en bouche
O : très parfumée
TOURNESOLFébrifuge
Hypolipémiante
C: jaune citronnée
c : solide
G : saveur douce et légère
O : assez forte
TREFLECalmante
Energétique
Expectorante
Sédative
C : blanc cassé ou ambrée très claire
c : onctueuse à granulation très fine
G : Délicat et peu prononcé, mais persistant avec une touche acidulée
O : légère et agréable
Compilation à partir des sites du Dr Donadieu et de Miel et Compagnie

Les abeilles nous apportent encore d'autres petits miracles comme cela, qui feront surement l'objet d'un article futur : la propolis, le pollen, la gelée royale et le venin.

Hélas trois fois hélas (comme dit ma mère) la qualité du miel et la survie des abeilles sont en sursis. Or sans abeilles pas de pollinisation (elles sont responsables de 80 à 85% de la pollinisation des plantes à fleurs) et l'importance écologique et économique de l'abeille dans ce cadre est fondamentale, sans même parler de ces pauvres apiculteurs (dont mon frère), en sursis eux aussi. Ce sera le propos bien moins réjouissant de mon prochain article sur le miel.

Néanmoins, il est important de préciser ici qu'à cause de cela un bon miel de qualité est cher, parfois même très cher. En grande surface choisissez du miel artisanal (si possible local) dont l'emplacement des ruches est relativement précisé ou, à défaut, du miel fair trade. A moins de 5€ les 400g vous pouvez reposer le pot (sauf en vente directe au marché etc.). Les grands conditionnements sont souvent avantageux. J'achète les miens entre 6 et 11€ les 900g en magasin bio (un miel de qualité n'est pas nécessairement bio ou du moins ne porte pas forcément un label, j'expliquerai cela aussi). En vente directe à des apiculteurs amateurs qui écoulent leur surplus je peux les acheter de 1 à 3 € les 500g. Et oui aimer le miel c'est aussi trouver les bons filons

Sources et infos complémentaires


  • Abeille - Larousse agricole de 1921
  • Dossier sur les abeilles - Terra Nova
  • Site 01santé du Docteur Donadieu
  • Miel et compagnie


  • Miel.be, en particulier ,Santé et miel, les remèdes de grand-mères et  Le miel est idéal pour tous les âges, à l'exception des nourrissons
  • Apiland
  • Apimondia
  • Apiservices
  • Waikato Honey Research Unit.
    En particulier les différents documents sur les blessures,
    Honey as an antimicrobial agent et surtout la Bibliography of medical usage of honey

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Re: les essaims d'abeilles   Dim 02 Fév 2014, 09:50

Les miels de nos supermarchés -

A savoir, alors vous qui aimez le miel, regardez bien l'étiquette et laissez les bas prix de côté , votre miel n'est sans doute qu'un mélange de sucre, la Chine s'enrichit vraiment sur notre dos dans tous les domaines.
 
 
Cliquez sur le lien ci dessous vous serez édifiés


     SURPRENANT ET A SAVOIR.



_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Aix : bilan inquiétant pour les apiculteurs   Jeu 13 Fév 2014, 19:21

Aix : bilan inquiétant pour les apiculteurs


Les producteurs de miel de la région sont inquiets : leur production a chuté de moitié l'an dernier. Ils ont fait le point de leur situation lors de l' assemblée générale annuelle de leur label "Miel de Provence".
 

  • Par Ghislaine Milliet




La production de miel n'en finit plus de chuter. En 2013, elle est tombée de moitié. La cause ? Les pesticides sont montrés du doigt, mais surtout les aléas climatiques qui dérèglent les abeilles. Sans compter le frelon asiatique qui a fait son apparition dans le Var, et la concurrence du miel chinois. En fait, les causes sont nombreuses.
Il existe au moins une solution commerciale pour aider nos producteurs régionaux : n'acheter que du miel de pays reconnaissable par ses logos de signes de qualité sur l'étiquetage.




_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: La prison pour avoir refusé de polluer !   Mer 19 Fév 2014, 23:11

Cliquez sur ce lien et écoutez...

http://www.ipsn.eu/







   
  
 
Vous avez signé ? Bravo et Merci !

Mais avez-vous tranféré ce message à vos proches,
vos familles, vos amis ?

Si ce n'est pas vous, qui leur dira ?

Personne ne doit ignorer que des personnes en France risquent :

La prison pour avoir refusé de polluer !
Chère amie, cher ami,

Emmanuel Giboulot, viticulteur bio dans le département de la Côte-d'Or, exploite depuis plus de quarante ans 10 hectares de vignes en agriculture biologique.

Le 24 février 2014, il passera devant le tribunal correctionnel pour avoir refusé de déverser un dangereux pesticide sur sa vigne. Il encourt jusqu'à 6 mois d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende.

Par solidarité avec lui, je vous demande de signer la déclaration de soutien située en bas de ce message.


Un insecticide qui détruit les abeilles
En juin dernier, pour contrer un risque hypothétique d'épidémie de flavescence dorée, une maladie de la vigne, le préfet de Côte-d'Or a pris un arrêté radical : tous les vignerons devront traiter leur vigne contre la cicadelle, l'insecte qui répand la maladie.

Le problème est que même l'insecticide le moins polluant contre la cicadelle tue les abeilles et la faune auxiliaire.

Il détruit toutes sortes d'insectes nécessaires à la régulation de la vigne pour éviter les parasites. Or, Emmanuel Giboulot travaille justement depuis plus de 40 ans à préserver les équilibres biologiques de sa vigne.

Il décide donc, fort logiquement, de lutter contre la cicadelle en choisissant parmi les nombreux traitements naturels bien connus des agriculteurs bio.

Il était tranquillement au travail l'été dernier quand arrive chez lui un inspecteur de la direction régionale de l'Agriculture. L'inspecteur s'aperçoit qu'il n'a pas déversé de pesticide.

Il décide aussitôt de le signaler au procureur. Emmanuel Giboulot est mis en examen, comme un délinquant.


Traîné en correctionnelle !!
Emmanuel Giboulot est convoqué le 24 décembre pour un arrangement amiable avec le procureur, mais celui-ci annule au dernier moment.

Au lieu de classer l'affaire, le procureur décide de le renvoyer devant le tribunal correctionnel, avec un procès le 24 février prochain !

Emmanuel Giboulot sera donc jugé aux côtés de délinquants sexuels et de cambrioleurs endurcis, qui forment la population habituelle des audiences correctionnelles.

Le problème est que, en dehors de quelques réactions isolées, personne ne s'est exprimé publiquement pour défendre Emmanuel Giboulot.

Aucune réaction massive n'a eu lieu dans la population, jusqu'à présent.

L'IPSN avait créé une page de soutien sur Facebook pour Emmanuel Giboulot, qui a récolté plus de 35 000 soutiens. Mais, vu le contexte, la mobilisation doit aujourd'hui être infiniment plus forte et plus officielle.


Les alternatives naturelles sont efficaces !
En effet, contrairement à ce qu'affirment les autorités, il existe plusieurs moyens de protéger les vignes contre la cicadelle tout en respectant l'environnement :



  • les vignes peuvent être protégées avec des fougères et de l'argile calciné ;
     
  • des pièges à cicadelle existent, et ils sont efficaces (la cicadelle est attirée par la couleur orange) ;
     
  • on peut également poser entre les pieds de vigne de la paille d'avoine ou du papier d'aluminium, dont la forte intensité lumineuse empêche l'insecte de se poser. Des expériences ont montré que cette simple mesure est tout aussi efficace que l'insecticide ;
     
  • mais surtout, surtout, c'est en préservant la biodiversité qu'on lutte le mieux contre la cicadelle, car c'est un insecte apprécié par de nombreux prédateurs dans la nature. Le problème est que ces prédateurs, les araignées, la mante religieuse et certains types de punaises, ont aujourd'hui été éradiqués dans les vignes non biologiques, où la faune est ravagée par les insecticides.
     

Ces solutions ne devraient pas être combattues mais au contraire encouragées par les autorités.

Les agriculteurs qui les utilisent devraient être félicités et donnés en exemple, non pas soumis à la terreur d'une répression judiciaire.

C'est pourquoi je vous demande de signer la déclaration de soutien à Emmanuel Giboulot.


Signez la déclaration de soutien
Emmanuel Giboulot ne doit pas se rendre au tribunal abandonné de tous. Il doit savoir qu'il est soutenu par des centaines de milliers de personnes.

Oui, si vous signez la déclaration de soutien ci-dessous, et si vous passez ce message à tout votre carnet d'adresses, nous pouvons provoquer une vague de solidarité historique dans le pays.

Nous pouvons aussi changer l'issue de ce procès en rassemblant des centaines de milliers de signatures de soutien.

Car sans réaction massive de la population, ce viticulteur risque très probablement d’être condamné, pour l'exemple.

La plupart des agriculteurs bios qui verront cela se le tiendront pour dit. Ils comprendront qu'ils doivent obéir aveuglément aux injonctions des autorités, y compris si cela implique d'empoisonner leur propre terre et de décimer plus encore les abeilles et autres insectes pollinisateurs !!

Ne laissez pas se commettre une telle injustice, avec des conséquences aussi lourdes et contraires à l'intérêt de tous. Manifestons publiquement notre réprobation la plus totale contre les réglementations qui marchent à l'envers et qui nuisent autant à l'environnement qu'au bon sens.

L'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle vous appelle donc solennellement à signer la déclaration officielle de soutien à Emmanuel Giboulot et à la faire signer par tout votre entourage.

Cela ne vous demandera qu'un instant, mais c'est un moyen concret d'empêcher qu'une grave injustice ne soit commise, doublée d'une grave atteinte à notre planète.

S'il vous plaît, ne fermez pas cet email pour l'envoyer aux oubliettes. Ce serait un énorme gâchis. Puisque vous avez investi du temps pour lire ce message jusqu'ici, faites un geste simple et signez la déclaration officielle de soutien à Emmanuel Giboulot.

Puis transmettez ce message à toutes vos connaissances.

Un grand merci,

Avec tout mon dévouement,

Augustin de Livois

Président de l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

 
   
 Institut pour la Protection de la Santé Naturelle
Association sans but lucratif
Rue du Vieux Marché au Grain, 48
1000 BRUXELLES
www.ipsn.eu
 

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Patate
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 897
Date d'inscription : 04/05/2009

MessageSujet: La réponse des scientifiques face à la disparition des abeilles ? La pollinisation assistée par des insectes-robots   Lun 24 Fév 2014, 09:26

La réponse des scientifiques face à la disparition des abeilles ? La pollinisation assistée par des insectes-robots
 

http://dailygeekshow.com/
 


Xue Lueng, le 24 février 2014



Une équipe de scientifiques est en train de travailler sur un prototype de cerveau artificiel reproduisant le comportement d’une abeille. Cette ingénieuse invention sera ensuite implantée dans un petit robot pour créer un insecte synthétique et autonome. Nous vous expliquons tout en détail !

Deux groupes de chercheurs, des universités de Sussex et de Sheffield ont lancé un projet dont l’objectif est de créer un cerveau d’abeille à partir de composants électroniques. Ils s’estiment capables de retranscrire les mécanismes cognitifs de ce célèbre insecte butineur et les transférer dans un robot volant d’une taille similaire à l’abeille. Il semblerait que leurs travaux soient pris au sérieux par le reste de la communauté scientifique, car le Engineering and Physical Sciences Research Council (EPSRC) a débloqué plus de 1,24 million d’euros pour les soutenir financièrement. De plus, la marque NVIDIA a décidé de fournir du matériel (les circuits de calculs graphiques) qui rendra les capacités de calculs des machines très performantes.

Les fonctions cérébrales à simuler en priorité sont très complexes, à savoir la vision et l’odorat. Les scientifiques nous expliquent qu’« Il s’agit d’une avancée importante pour les travaux de recherche sur la modélisation de cerveau en cours, car il est de plus en plus certain qu’un aspect essentiel du fonctionnement du cerveau est qu’il n’agit pas isolément, mais en interaction constante avec le corps et l’environnement. » S’ils parviennent à reproduire ces deux comportements, le petit insecte robotisé deviendrait indépendant et capable de réaliser des tâches essentielles telles que la détection d’odeurs et l’identification des fleurs à butiner ; le tout sans avoir besoin de le programmer.




Le Directeur du Centre de Recherches sur la Cognition Animale du CNRS, Martin Giufra, s’est greffé au projet pour y apporter ses précieuses connaissances sur les insectes, en anatomie, physiologie et comportements. Green Brain, le nom de ce cerveau artificiel, doit être finalisé en 2015. Si elle fonctionne comme prévu, cette merveille technologique rendra un grand service à l’Homme. En effet, les populations d’abeilles diminuent malheureusement de façon drastique à travers le monde, notamment à cause de la pollution. Si elles venaient à disparaître, la pollinisation devrait alors être assurée par ces répliques robotisées, sans quoi nous ne pourrions pratiquement plus nous nourrir.








_______________________________________




J'ai beaucoup étudié les philosophes et les chats. La sagesse des chats est infiniment supérieure. Hippolyte Taine
Revenir en haut Aller en bas
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: 14 faits qui font de nos abeilles les véritables super-héroïnes de notre planète   Ven 14 Mar 2014, 11:07

14 faits qui font de nos abeilles les véritables super-héroïnes de notre planète
 


Marine Poridis, le 14 mars 2014

Les abeilles sont de merveilleuses pollinisatrices et productrices de miel qui ravivent nos papilles. Mais imaginez-vous seulement toutes les incroyables choses qu’elles sont capables d’accomplir ? DGS vous fait découvrir 14 raisons qui démontrent que nos abeilles sont de super-héroïnes !


1. Elles peuvent détecter les champs magnétiques des fleurs.


L’électro-réception aide les abeilles à détecter quelles fleurs ont déjà été perquisitionnées pour leur nectar.


2. Elles résistent 30 fois à la pression qu’exerce la gravité sur elles lorsqu’elles secouent les fleurs pour en faire jaillir le pollen.



3. Elles peuvent flairer les mines terrestres.


Des chercheurs en Croatie ont formé une équipe d’abeilles à renifler les mines terrestres en leur faisant associer l’odeur de la TNT à celle du sucre. Leur odorat étant très puissant, elles peuvent détecter des odeurs jusqu’à 4,5 km de distance.


4. Elles sont connues pour travailler comme « biodétectives », en gardant un œil sur la pollution dans les aéroports allemands.


Le miel des abeilles qui patrouillent à l’aéroport international de Düsseldorf, ainsi que dans sept autres, est utilisé pour tester certaines choses comme les hydrocarbures et les métaux lourds dans l’air.


5. Elles sont capables de voler au-dessus de l’Everest.


Dans un article de la revue Biology Letters, les scientifiques ont découvert que les abeilles alpines pouvaient soutenir un vol stationnaire à une altitude de plus de 9000 m, plus élevée que le mont Everest.


6. Elles peuvent transporter près de la moitié de leur poids en pollen.


Avec une grande détermination.


7. Elles jouissent des lois de la physique pour confectionner d’incroyables nids en pavage hexagonal.


La construction des nids commence de manière circulaire, puis la tension de surface façonne les cellules dans une forme hexagonale .


8. Les aimants sont leur kryptonite.


En attachant des petits morceaux d’acier sur les abeilles tout en agitant des aimants près d’elles trois fois par minute, des scientifiques désireux d’étudier les effets de la privation de sommeil sur les abeilles ont découvert qu’elles étaient capables de rester éveillées toute la nuit.


9. Leur cerveau est capable de résoudre des problèmes mathématiques.


Quand elles rencontrent un certain nombre de fleurs, elles mettent au point le parcours le plus rapide entre toutes les fleurs différentes à butiner.


10. Les abeilles peuvent reconnaître et distinguer les visages humains.


Les scientifiques ont formé des abeilles à reconnaître une photo d’un visage en particulier en leur donnant une récompense à la fin. Près de 90 % du temps la récompense est obtenue, bien qu’elles n’aient que 0,01 % des neurones qu’ont les humains.


11. Leurs ailes battent 230 fois par seconde.



12. Elles goutent le pollen avec leurs pattes.


Mais aussi avec leur bouche et leurs antennes. Quand les scientifiques tamponnaient les pattes des abeilles avec des solutions contenant du saccharose, du sel et de l’amertume, elles étaient en majorité attirées vers le sel, plus que les autres.


13. Elles sont impitoyables envers leurs ennemis


Les abeilles sans dard, en Australie, momifient vivants les scarabées qui se brisent dans leurs ruches.


14. Elles nous sauvent de la famine chaque jour.



Un tiers de la nourriture que nous mangeons, directement ou indirectement, s’appuie sur les abeilles.

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Première mondiale : des scientifiques équipent des milliers d’abeilles de capteurs électroniques   Mar 18 Mar 2014, 11:13

Première mondiale : des scientifiques équipent des milliers d’abeilles de capteurs électroniques
 
http://dailygeekshow.com/





Marine Poridis,

Un laboratoire australien a posé des capteurs sur le dos [b]des abeilles afin de les suivre et d’enregistrer tous leurs mouvements. Ce dispositif permettra de comprendre leurs déplacements et d’améliorer le rendement dû à la pollinisation. DGS vous en dit plus sur ce surprenant projet !
 
 

 
 
Au total, près de 5000 abeilles ont été équipées de ce dispositif. Les détecteurs se présentent sous la forme de carrés de 2,5 millimètres et sont fixés tels de petits sacs à dos, sur le thorax des abeilles. « Les abeilles sont des insectes sociaux qui retournent au même point et fonctionnent sur un calendrier très prévisible. Tout changement dans leur comportement indique un changement dans leur environnement » explique Paulo de Souza, directeur de l’étude.
Pour y parvenir, les chercheurs doivent endormir les abeilles en les mettant dans un compartiment réfrigéré à très court terme. Les minuscules détecteurs sont alors collés à l’aide d’un adhésif durant cet état de repos. Après quelques minutes, les petites bêtes se réveillent et regagnent la ruche. Dès lors commence la récolte de précieuses informations.








Comprendre leurs déplacements permettra aux chercheurs d’améliorer le rendement de la pollinisation des abeilles et leur productivité dans les fermes australiennes. Elles ont en effet un rôle essentiel dans l’agriculture. La pollinisation des abeilles peut augmenter la productivité de 17 %. À l’échelle mondiale, un tiers de la nourriture que nous consommons repose sur la pollinisation, mais aujourd’hui les abeilles disparaissent, il y a donc urgence.

Cette étude devrait également permettre d’en savoir davantage sur les facteurs responsables de ce qu’on appelle « le syndrome d’effondrement de colonie ». « Environ un tiers de la nourriture que nous mangeons dépend de la pollinisation, mais les populations d’abeilles dans le monde sont en chute en raison du Varroa, redoutable acarien parasite, et du syndrome d’effondrement des colonies » souligne Paulo. Heureusement, les colonies d’abeilles australiennes s’avèrent pour le moment non-affectées.



_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Re: les essaims d'abeilles   Mar 25 Mar 2014, 22:33


_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Ces chasseurs de miel du Népal risquent leur vie sur des falaises vertigineuses pour nourrir leur famille   Ven 28 Mar 2014, 12:04

Ces chasseurs de miel du Népal risquent leur vie sur des falaises vertigineuses pour nourrir leur famille
 
http://dailygeekshow.com/


Laura Gonçalves, le 28 mars 2014



Andrew, un photographe anglais, a souhaité immortaliser la vie des « Chasseurs de Miel » au Népal qui partent récolter le miel dans les colonies d’abeilles accrochées sur de hautes falaises. DGS partage avec vous cette série de photographies vertigineuses !


Deux fois par an, les membres de la tribu Gurung, au centre du Népal, risquent leur vie pour récolter le miel fabriqué par les Apis loboriosa, les abeilles les plus grosses du monde. Elles mesurent presque 3 centimètres et font leurs ruches sur les hauteurs de l’Himalaya. Le photographe Andrew Newey a suivi ces hommes de l’extrême qui n’hésitent pas à grimper à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol à l’aide d’échelles de corde.
 


























_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Monsanto veut contrôler le business des abeilles   Ven 04 Avr 2014, 10:14

Ecologie

Monsanto veut contrôler le business des abeilles
http://www.reporterre.net/

Marie Astier (Reporterre)




C’est une des stratégies les plus secrètes de la firme Monsanto, promoteur mondial des semences transgéniques : investir les différentes entreprises qui font de la recherche sur les abeilles. Aux Etats-Unis, les apiculteurs s’inquiètent de la politique du géant des OGM.



Après les semences, les pesticides, les engrais... Voilà que Monsanto s’intéresse à la pollinisation. Ou plus précisément, aux abeilles. Un tiers de notre alimentation dépendrait de leur patient travail, un service évalué à 153 milliards d’euros par an par une équipe de chercheurs de l’INRA
Depuis quelques années, Monsanto s’intéresse à la mauvaise santé des abeilles, et explique vouloir les sauver à coup de recherche génétique. Le principal promoteur des plantes transgéniques débarque dans un contexte très difficile pour les apiculteurs.
Depuis la fin des années 1990 en France, et l’hiver 2006-2007 aux Etats-Unis, les essaims semblent victimes d’un mal mystérieux. Environ 30 % (presque un tiers !) des ruches meurent chaque année, sans explication apparente. Alors qu’une mortalité "normale" selon les apiculteurs, s’établit autour de 10 %.
Les scientifiques n’ont pas réussi à trouver une seule explication à ce "syndrome d’effondrement des colonies", mais un ensemble de causes qui provoqueraient la disparition des colonies d’abeilles :
des causes "pathogènes" comme certains parasites, virus ou champignons,
le manque de diversité génétique (les abeilles ont été sélectionnées pour leur productivité, mais sont moins adaptées à leur milieu),
le manque de nourriture dû à une agriculture intensive qui réduit la biodiversité,
les pratiques des apiculteurs, qui notamment aux Etats-Unis transportent les ruches à travers tout le pays pour polliniser les cultures et affaiblissent leurs essaims par ces voyages incessants,
enfin (et surtout ?) les pesticides : "Le catalogue des produits phytopharmaceutiques dénombre aujourd’hui 5 000 produits commerciaux dont l’utilisation selon des méthodes non autorisées est susceptible de provoquer des dommages irréversibles sur les colonies d’abeilles", indique un rapport de l’ANSES daté de 2008


 


Monsanto rachète une entreprise de préservation des abeilles

Pour endiguer cette disparition, les recherches vont bon train. Et c’est là que Monsanto entre en scène. En 2011, la multinationale rachète Beeologics, une entreprise spécialisée dans la recherche et la production de solutions pour améliorer la santé des abeilles. "Notre mission est de devenir les gardiens de la santé des abeilles partout dans le monde", indique son site internet
Dans un communiqué de presse la firme américaine justifie ce rachat : "Monsanto sait que les abeilles sont une composante clé d’une agriculture durable dans le monde."
Beeologics a développé un produit à base d’ARN (une sorte de copie de l’ADN qui permet aux cellules de fabriquer les protéines dont elles ont besoin) pour lutter contre certains virus : "Une copie d’une séquence d’ARN du virus est introduite dans la nourriture des abeilles et leur organisme le perçoit comme un signal pour détruire le virus" explique Jay Evans, chercheur spécialiste de la génétique des abeilles au ministère de l’agriculture des Etats-Unis. Ce traitement, appelé Remebee, "réduit le syndrome d’effondrement des colonies", promet Beeologics.
"La technologie à l’air sûre et c’est un succès, c’est pour cela que Monsanto a racheté Beeologics", poursuit le chercheur, joint au téléphone.
Mais Christoph Then, vétérinaire, spécialiste des biotechnologies et ancien expert pour Greenpeace, ne partage pas cet enthousiasme : "Le procédé utilisé a été découvert il y a seulement quelques années. On ne connaît pas encore tous ses effets, il y a débat dans la communauté scientifique." Surtout, Beeologics a testé les conséquences de son produit sur les abeilles, mais qu’en est-il sur d’autres organismes ? "L’ARN utilisé n’est pas stable et peut passer d’un organisme à l’autre, poursuit cet expert. Donc à ce stade, cette technologie n’est pas assez sûre pour être utilisée dans l’environnement."
Pourtant au ministère de l’Agriculture américain, Jay Evans prédit déjà un bel avenir à ce remède pour les abeilles : "La technologie va se développer dans les prochaines années." Beeologics espère même commercialiser un produit qui, grâce au même procédé, rendrait les abeilles résistantes au varroa, l’un de leurs parasites les plus destructeurs et contre lequel les apiculteurs sont de plus en plus démunis. Ce marché des traitements pour abeilles est dans doute minuscule comparé à celui des semences ou des pesticides, mais cela permet au moins à Monsanto de se racheter une image auprès de certains apiculteurs.

Un "sommet sur la santé des abeilles"

D’ailleurs, pour montrer son implication dans la protection des abeilles, Monsanto est allé jusqu’à organiser en juin de l’année dernière un "sommet sur la santé des abeilles" à son siège de Chesterfield
Réunissant chercheurs, apiculteurs et industriels, l’initiative a étonné aux Etats-Unis Au programme des discussions, les multiples causes du syndrome d’effondrement des colonies. A savoir la destruction des habitats et des sources de nourriture des abeilles, le virus varroa... et les pesticides.


- Siège de Monsanto à Chesterfield -

Au programme des discussions, les multiples causes du syndrome d’effondrement des colonies. A savoir la destruction des habitats et des sources de nourriture des abeilles, le virus varroa... et les pesticides.
Il s’agirait d’une belle opération d’enfumage, pour faire oublier que les pesticides sont les principaux responsables de la disparition des abeilles, estime l’association environnementale Pesticide Action Network Elle dénonce les "efforts insidieux de Monsanto et des autres fabricants de pesticides pour discréditer les études scientifiques sur les impacts des pesticides sur les abeilles". Selon elle, Monsanto tente de faire croire que les pesticides ne sont qu’un problème mineur et que c’est le varroa destructor, ce parasite des abeilles, qui serait la menace la plus sérieuse...

"Les abeilles dérangent, rappelle Henri Clément, porte-parole de l’UNAF (Union National des Apiculteurs de France), elles posent la question de la qualité de l’environnement. Elles sont des lanceurs d’alerte et ont été les premières touchées par les pesticides."


Les néonicotinoides, nouveau danger


Surtout, remarquent les apiculteurs, l’apparition du syndrome d’effondrement des colonies coïncide étrangement avec la mise sur le marché d’une nouvelle classe de pesticides à partir des années 1990 : les néonicotinoides Produits par Bayer ou Syngenta (par ailleurs producteurs, eux aussi, de semences transgéniques), ils enrobent aussi les semences de Monsanto, notamment les graines de maïs.
Leur action consiste à attaquer le système nerveux central des insectes. Chez les abeilles, une étude a ainsi montré pour un néonicotinoide couramment utilisé, qu’il désoriente les abeilles : elles ne retrouvent plus la ruche. "Cela entraîne un risque de disparition de la colonie", indiquent les chercheurs.
Ces pesticides affaibliraient aussi les défenses imunitaires des abeilles, indique une autre publication scientifique les rendant plus sensibles aux parasites, aux maladies, ou au manque de nourriture quand la saison n’est pas clémente... Bref, ils seraient l’élément déclencheur, davantage que tous les autres facteurs responsables du syndrome d’effondrement des colonies.
Les soupçons sur ces pesticides nouvelle génération sont suffisamment étayés pour que l’Union Européenne ait décidé de suspendre l’utilisation de trois néonicotinoides pendant deux ans (depuis le 1er décembre 2013). Mais les apiculteurs demandent une interdiction ferme. "Les abeilles sont des empêcheurs de tourner en rond, un grain de sable dans l’engrenage de Monsanto", poursuit Henri Clément.



Monsanto continue de détourner l’attention. Par exemple, l’entreprise est fière de citer parmi les "co-organisateurs" de son sommet sur la santé des abeilles le Project Apis m, un programme qui déclare fournir du matériel aux laboratoires et proposer des bourses aux jeunes scientifiques. Mais surtout, il incite les agriculteurs à semer des plantes nourrissantes pour les abeilles en période de pollinisation. Une autre action pour "sauver" les abeilles, financée par Monsanto

Monsanto rachète une firme stratégique du royaume des abeilles

Le congrès de Chesterfield a également été l’occasion pour l’entreprise de se faire des contacts intéressants. Autre "co-organisateur", le Honey Bee Advisory Council ou Comité de conseil sur les abeilles. C’est une organisation créée par Monsanto, qui se vante d’y réunir "des membres de l’industrie apicole, des experts et des membres du monde académique". On y trouve notamment un ancien président de l’Association américaine des apiculteurs, mais aussi Gus Rouse, propriétaire de Kona Queen, la plus grosse entreprise de production de reines d’abeilles aux Etats-Unis. Une firme qui mérite la plus grande attention.
Située à Hawaii, Kona Queen produirait plus de 200 000 reines par an - le chiffre exact reste secret. Car ce marché ne compte que trois grands producteurs qui, pour des raisons de concurrence refusent de les dévoiler. Même avec les statistiques officielles, Danielle Downey, représentante du ministère de l’agriculture américain auprès des apiculteurs d’Hawaii ne peut faire que des estimations : "Environ 25 % des reines des Etats-Unis et 50 % des reines au Canada viennent d’Hawaii".
L’Etat du Pacifique sous bannière étoilée profite de son climat favorable pour produire des reines presque toute l’année. "Ce sont les premières de la saison, les apiculteurs d’Amérique du Nord les font venir pour pouvoir développer leurs colonies plus tôt au sortir de l’hiver, raconte Danielle Downey. Avec l’apparition du syndrome d’effondrement des colonies, les apiculteurs ont de plus en plus besoin de reines pour remplacer les essaims perdus. La demande dépasse la production, et l’industrie est en pleine croissance".
La production de reines est donc un secteur économique qui pourrait s’avérer de plus en plus rémunérateur, même s’il ne dépasse pas là pour l’instant quelques millions de dollars. Se rapprocher du principal producteur de reines des Etats-Unis permet aussi à Monsanto de mettre un pied dans la sélection génétique des abeilles, une des pistes aujourd’hui privilégiées par les chercheurs pour améliorer leur santé.


- Gus Rouse, fondateur de Kona Queen -

Dans une ruche, il n’y a qu’une seule reine, mère de toute la colonie. Son patrimoine génétique est de première importance. Depuis longtemps, les reines ont été sélectionnées pour leur productivité. Désormais, on les sélectionne aussi pour leur résistance à ces multiples facteurs responsables du syndrome d’effondrement des colonies. A Hawaii, "nous travaillons sur des abeilles résistantes au varroa par insemination artificielle", indique Danielle Downey.

Des abeilles transgéniques ?

Alors Monsanto envisage-t-il de créer des abeilles transgéniques ? La question a été débattue au Congrès mondial des apiculteurs en septembre dernier. "Monsanto a bien manipulé le colza pour qu’il résiste à leur propre désherbant et maintenant ils peuvent vendre à la fois les semences et le RounUp, rappelle Gilles Ratia, président de la Fédération Internationale des apiculteurs Apimundia. Alors on les soupçonne de vouloir comprendre le métier d’élevage de reines pour les rendre résistantes aux graines enrobées de néonicotinoides, ou à leur maïs OGM sécréteur d’insecticides. Ils déposeraient un brevet, puis ils vendraient à la fois les semences et les abeilles pour les polliniser !"
Un étrange événement, survenu en mars 2012, vient renforcer ces soupçons. Aux Etats-Unis, les ruches d’un célèbre naturaliste, Terrence Ingram, ont été saisies par le ministère de l’agriculture de l’Illinois. Il travaillait depuis plus de quinze ans sur les effets du RoundUp, l’herbicide mondialement connu de Monsanto, sur les abeilles. Après des années de sélection génétique, trois ruches et leurs reines avaient résisté plus d’un an, malgré les épandages de RoundUp.
Au début du printemps, les inspecteurs du ministère ont débarqué "sans aucun avertissement, raconte Terrence Ingram, joint par Reporterre. Ils ont pris trois ruches, et tué les reines des deux autres. Ils ont déclaré que mes ruches étaient contaminées par la loque américaine. Ce qui est faux, j’avais les preuves qu’elles étaient saines mais je n’ai pu les présenter que trois semaines plus tard au tribunal, c’était trop tard. Tout était déjà détruit."
Le travail de Terrence Ingram avait de quoi gêner Monsanto. "Il est certain que le RoundUp tue mes abeilles : en 1996, mes 250 ruches ont été exposées au RoundUp et toutes sont mortes. Depuis, chaque année je rachète des essaims, chaque année le RoundUp est répandu, et chaque année ils meurent... Sauf celles qui avaient enfin développé une résistance. Aujourd’hui, je ne sais toujours pas où sont les ruches que l’on m’a prises, si elles ont été vraiment détruites." Certaines associations environnementales des Etats-Unis soupçonnent Monsanto d’avoir volé les ruches, pour mener des recherches. "Je n’ai aucune preuve qu’ils soient derrière cela", tempère le naturaliste.
Au Congrès sur la santé des abeilles organisé par Monsanto, un apiculteur a relayé l’inquiétude de sa profession à propos des abeilles OGM, indique un journal local Réponse de Jerry Hayes, responsable de la recherche sur les abeilles chez Monsanto : "Nous n’avons pas l’intention de modifier génétiquement une abeille, ou d’en créer une qui ne polliniserait que les semences de Monsanto. Notre but est de protéger leur santé."
Le scientifique Jay Evans se veut lui aussi rassurant : "Pour l’instant personne n’a jamais fait cela, la génétique des abeilles est trop complexe. Et puis, on ne se permettrait pas d’aller dans ce sens pour les abeilles : ce serait trop dangereux. Le seul insecte que l’on ait génétiquement modifié est le moustique responsable de la malaria. C’est une maladie terrible et même là, il a fallu vingt ans que la technique soit sociaiement acceptée. Je ne pense pas que nous aurons un jour des abeilles génétiquement modifiées."
Quoi qu’il en soit, pour l’instant, Monsanto n’a pas encore sauvé les abeilles. Sur internet, les écolos américains s’amusent sur un ton doux-amer à imaginer ce qui se passerait si les abeilles disparaissaient... Ils signalent à Monsanto qu’un laboratoire d’Harvard, le Microrobotics Lab a déjà développé un robot pollinisateur. Le Robobees serait bientôt capable de remplacer les abeilles dans les champs d’amandiers ou de maïs... "Mais les abeilles robots ne savent pas danser", rappelle un article du Guardian Liberty Voice


Source : Marie Astier pour Reporterre.
Photos :
. Bidon "Monsanto" : Wikibusterz

. Abeilles : France Tv Info
. Bidons "Syngenta" : Greenpeace
Siège de Monsanto à Chesterfield : Monsanto
. Gus Rouse, de Kona Queen : Scientific beekeeping
. Pesticides : Abeille sentinelle
Lire aussi : Comment le maïs OGM tue les abeilles


_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Les pesticides bientôt interdits le jour pour protéger les abeilles   Mar 29 Avr 2014, 10:19

Les pesticides bientôt interdits le jour pour protéger les abeilles

http://www.goodplanet.info/




Une abeille butine des fleurs de lavande
© AFP/Archives Boris Horvat

Paris (AFP) – Les épandages de produits phytosanitaires seront bientôt totalement interdits en journée et plus aucune dérogation ne sera tolérée afin de protéger les abeilles, a annoncé lundi le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, lors d’une conférence de presse.
« Une étude qui a été rendue de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire, ndlr) sur les épandages de pesticides conclut de manière claire que les abeilles sont sensibles à la lumière, il va falloir qu’on modifie les pratiques d’épandage vers des épandages le soir », a expliqué le ministre lors d’un point d’étape de son plan (2013-2015) pour une apiculture durable.
Selon lui, l’Anses a conclu que « la luminosité est ce qui fait sortir les abeilles et tout ce qui est épandage du matin a des conséquences importantes » car il « laisse des traces de pesticides dans l’eau, dans la rosée » qui peuvent perturber ces insectes lors des périodes de floraison de printemps et de l’été.
Un arrêté inter-ministériel d’interdiction des épandages en journée est en cours de rédaction et devrait être publié au Journal Officiel d’ici trois/quatre mois, estime Stéphane Le Foll. Aujourd’hui, il est déjà interdit d’épandre le matin avec tous les produits chimiques comportant la mention « Abeilles » mais de nombreux agriculteurs obtiennent des dérogations. Plus aucune dérogation ne sera admise dans le nouveau système, complète le ministère de l’Agriculture.
« Il faut que chacun ait conscience qu’il faut faire des efforts » et « il s’agit d’assurer la production agricole, et en même temps d’assurer la pollinisation et la production de miel », a-t-il insisté.
© AFP

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Les araignées au secours des abeilles?   Jeu 05 Juin 2014, 07:50

Les araignées au secours des abeilles?


http://www.goodplanet.info/

 

Des abeilles dans une ruche
© AFP/Archives Remy Gabalda
Paris (AFP) – Les araignées au secours des abeilles? C’est le nouveau pesticide proposé par une équipe de l’Université britannique de Newcastle, à base de venin d’arachnide, qui épargnerait les précieux pollinisateurs dont les colonies sont en déclin.
Le Hv1a/GNA, formule fabriquée à base de venin d’araignée et d’une protéine de perce-neige, « offre une alternative » aux très controversés insecticides néonicotinoïdes actuellement commercialisés dans le monde entier, assure le professeur Angharad Gatehouse, l’un des superviseurs du projet.
Le venin a été prélevé sur des araignées du type hexathelidae, les mygales les plus venimeuses, qui tissent des toiles en forme de tunnel.
Pour tester sa toxicité, les abeilles ont été nourries avec des doses de ce produit atteignant des niveaux bien supérieurs à ceux qu’elles pourraient rencontrer dans la nature. Or, les effets sont « très légers » sur leur taux de survie et « indétectables » sur leurs capacités d’apprentissage et de mémorisation.
Ce dernier point est crucial, précise l’étude publiée mercredi dans la revue scientifique Proceedings of the Royal Society B.
Tout dysfonctionnement de ces fonctions « a des conséquences graves pour la survie des colonies, car des abeilles qui ne peuvent pas apprendre ne seront pas capables de trouver de la nourriture et revenir à leur ruche ».
« Les larves sont aussi indemnes après avoir été exposées au Hv1a/GNA », précise Géraldine Wright, l’un des auteurs de l’article, qui a dirigé l’an dernier une étude prouvant les effets négatifs des pesticides neonicotinoïdes sur les capacités cognitives des abeilles.
« Près de 90% des plantes sur la planète dépendent directement ou indirectement des pollinisateurs pour leur survie », souligne-t-elle.
« Et si nous détruisons la biodiversité des pollinisateurs, alors l’efficacité de nos pesticides n’aura plus aucune importance puisque nous n’aurons plus de cultures à protéger », ajoute-t-elle.
Depuis quinze ans, le nombre d’essaims est en recul sur toute la planète, un phénomène baptisé Syndrome d’effondrement des colonies. Le taux de mortalité des abeilles est d’environ 30% chaque année depuis 2007.
Bruxelles a interdit en 2013 pour deux ans l’usage des trois pesticides néonicotinoïdes. Mais les causes de la mortalité des abeilles sont multiples, et parmi elles figurent le Varroa, un acarien, le Nosema, un champignon, ou encore la monoculture.
© AFP

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: La cause de la mortalité des abeilles enfin résolue!    Ven 13 Juin 2014, 11:41

http://24matin.ch/



La cause de la mortalité des abeilles enfin résolue!
 
    

L’Agroscope apporte la preuve que le syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles constaté depuis 1998 n’est pas dû aux pesticides.

Contrairement à ce que soupçonnait la majorité des apiculteurs, les produits phytosanitaires ne sont pas en cause. C’est un acte volontaire d’une  firme américaine spécialisée dans les biotechnologies agricoles implantée à Morges depuis janvier 2004.

L’enquête qui a débuté au printemps 2002, suite à une plainte d’associations d’apiculteurs livre ses conclusions qui sont sans appel. Monsanto a organisé délibérément l’enlèvement puis l’extermination de l’Apis mellifera en Europe.

Les documents internes dérobés à la firme ainsi que des vidéos prises par la publication scientifique démontrent la stratégie machiavélique de la société.


Une grande partie de ses 19’000 employés répartis dans plus de 60 pays infiltrait méthodiquement toutes les associations d’apiculteurs afin de poser des ruches piégées. La manoeuvre visait la mise en vente sur le marché dès 2015 d’un agent pollinisateur industriel nommé le Popo-265.

Monsanto, contactée par la rédaction, s’est refusée pour le moment à tout commentaire.

©Photo pdphoto.org

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Patate
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 897
Date d'inscription : 04/05/2009

MessageSujet: Faites un abreuvoir pour les abeilles et aidez à protéger et hydrater les pollinisateurs   Mar 24 Juin 2014, 10:45


http://www.espritsciencemetaphysiques.com/
 

Faites un abreuvoir pour les abeilles et aidez à protéger et hydrater les pollinisateurs
 


Imaginez à quel point une seule abeille travaille dur en une seule journée. Les abeilles récoltent naturellement le pollen d’au moins 2000 fleurs par jour et leurs petites ailes battent au-delà de 10 000 fois/min. Les abeilles transportent le pollen et aident considérablement notre approvisionnement alimentaire.
Ça a l’air épuisant? Les abeilles ont souvent soif et elles ont besoin de sources d’eau potable. Le problème c’est que l’eau n’est pas toujours disponible.
Les abeilles ont besoin de boire à partir d’eau très peu profonde. Cependant, l’eau peu profonde s’évapore rapidement. Les bains d’oiseaux (fontaines) ne sont pas la meilleure option car les abeilles ont tendance à se noyer si l’eau n’a pas une profondeur qui permet néanmoins d’avoir un aperçu.
Quant aux rivière et aux lacs, les abeilles risquent leur vie en essayant de trouver de l’eau en présence de poissons, de grenouilles et d’autres animaux sauvages, sans mentionner le risque de se faire emporter par les courants d’eau.

Afin d’aider nos petits pollinisateurs à s’hydrater, mettez en place un dispositif d’alimentation en remplissant un plat à tarte d’eau et de billes. Les billes donnent aux abeilles un endroit pour atterrir afin qu’elles ne se noient pas quand elles viennent boire. Fini les abeilles qui se noient!
 

 
 

_______________________________________




J'ai beaucoup étudié les philosophes et les chats. La sagesse des chats est infiniment supérieure. Hippolyte Taine
Revenir en haut Aller en bas
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Comprendre Monsanto dans une vidéo de 3 min    Lun 30 Juin 2014, 19:28

Comprendre Monsanto dans une vidéo de 3 min
 
 

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Patate
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 897
Date d'inscription : 04/05/2009

MessageSujet: New York: Elle vivait avec 50.000 abeilles au plafond   Jeu 28 Aoû 2014, 15:45

New York: Elle vivait avec 50.000 abeilles au plafond 


http://www.20minutes.fr/insolite/
 

Les insectes avaient eu le temps de construire 17 nids au plafond de l'appartement. Capture d'écran / abc 7online

INSOLITE - Ce n’est pas Frieda Turkmenili qui a donné l’alerte, mais ses voisins…
Sympa la colocation! Dans le Queens, à New York, Frieda Turkmenilli vivait avec 50.000 abeilles au-dessus de la tête. Jusqu’à ce que des voisins de cette New-Yorkaise retraitée donnent l’alerte la semaine dernière et que des apiculteurs délogent l’essaim, rapporte CBS News vendredi dernier.[/size]



Les insectes avaient eu le temps de construire 17 nids dans le plafond de l’appartement. Frieda Turkmenilli raconte seulement avoir vu quelques abeilles papillonner chez elle ces dernières semaines et était loin de s’imaginer qu’elles étaient aussi nombreuses. Les abeilles ont été confiées à une ferme de l’Etat de New York. Frieda dit qu’elles lui manquent déjà: «J’aurais eu du miel», sourit-elle.

Fabrice Pouliquen

_______________________________________




J'ai beaucoup étudié les philosophes et les chats. La sagesse des chats est infiniment supérieure. Hippolyte Taine
Revenir en haut Aller en bas
Kiki
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 7770
Age : 67
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Récolte de miel 2014 en baisse de 50 à 80%   Lun 06 Oct 2014, 19:27

Récolte de miel 2014 en baisse de 50 à 80%

 

L’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF) dresse un bilan catastrophique et alarmant des récoltes de miel pour 2014, après une large consultation parmi ses 20 000 apiculteurs adhérents répartis sur l’ensemble du territoire national. L’UNAF appelle le gouvernement à soutenir d’urgence les producteurs et contrer le déclin des abeilles.

 


En 2014, la production française de miel est la plus faible de ces dernières années. Une chute de production de 50 à 80%

Nous savons que les abeilles meurent dans toute l’Europe (mortalité abeilles(. La production de miel  s’en fait forcément ressentir et chute depuis quelques années. Mais 2014 bat tous les records : selon l’UNAF, la production française est cette année la plus faible de notre histoire. « A l’exception de l’Ouest et de la Bretagne qui semblent quelque peu épargnés, dans toutes les régions de France et en particulier dans les grandes régions de production comme Provence Alpes Côte-d’Azur, Rhône-Alpes, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon…  les récoltes sont en baisse de 50 à 80%. », précise le représentant des apiculteurs dans un communiqué. Et ce par rapport aux récoltes de 2013, qui étaient déjà mauvaises !
En 1995, la production nationale était d’environ 32 000 tonnes. Elle atteignait 20 000 tonnes en 2011, moins de 15 000 tonnes en 2013. Pour 2014, la production sera en-dessous de 10 000 tonnes. La consommation française de miel s’élevant à environ 40 000 tonnes, cela signifie qu’il va falloir importer plus de 30 000 tonnes de miel. Mais des baisses comparables sont observées dans d’autres pays d’Europe…

La survie de la filière apicole française menacée?



Cette chute de la production de miel est due à de nombreuses raisons : il y a évidemment les effondrements traditionnels des colonies d’abeilles dus aux agents pathogènes, aux pesticides, aux médicaments vétérinaires… Mais cette année, les conditions météorologiques ont été particulièrement mauvaises pour les abeilles et l’activité apicole, tout au long du printemps et de l’été. « Les grandes périodes de vents du Nord, de pluies et de froid ont asséché les fleurs et ont empêché les abeilles de trouver du nectar. Le nombre de jours où les abeilles ont pu travailler ont été très rares, ce qui n’a pas permis de produire du miel dans les quantités habituelles », explique Henri Clément, Apiculteur professionnel et Porte-parole de l’UNAF.


Le manque de miel est sans précédent et met en difficulté les exploitations apicoles. L’UNAF interpelle donc le ministère de l’Agriculture « pour qu’une aide exceptionnelle au nom de la solidarité nationale soit accordée aux apiculteurs », explique Henri Clément.« Il en va de la survie de la filière », insiste le syndicat apicole. Cette aide concernerait les 2 000 apiculteurs professionnels et les 3000 pluriactifs. A savoir que la France compte environ 70 000 apiculteurs lorsque l’on y ajoute les apiculteurs de loisir.
Un plan de développement durable de l’apiculture a été mis en place par Stéphane Le Foll, le ministre de l’agriculture, en 2013. Mais ce plan « parait bien dérisoire et ne répond en aucune manière aux préoccupations urgentes des apiculteurs qui luttent pour leur survie », regrette le syndicat. « On ne voit pas de vraies mesures sur le terrain », précise Henri Clément.
Auteur : Matthieu Combe
Revenir en haut Aller en bas
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Re: les essaims d'abeilles   Mar 10 Fév 2015, 21:37

Un lien très important à lire


http://action.sumofus.org/fr/a/bayer-bees-lawsuit-french/?sub=fb

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Kiki
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 7770
Age : 67
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Une nouvelle ruche vous permet de récolter automatiquement le miel sans déranger les abeilles.    Lun 23 Fév 2015, 18:50

Une nouvelle ruche vous permet de récolter automatiquement le miel sans déranger les abeilles.
 
http://bridoz.com/
 
Grâce à cette invention géniale issue de l’esprit de Stuart et de Cedar Anderson, deux apiculteurs australiens, père et fils, les abeilles vont désormais pouvoir pousser un soupir de soulagement collectif.En effet, l’invention Flow Hive permet aux apiculteurs de récolter le miel des ruches sans en déranger les occupantes.


Cette invention très astucieuse offre aux abeilles des murs composés de nombreuses alvéoles partiellement préfabriquées, que les insectes peuvent alors achever avec leur propre cire. Une fois ces alvéoles pleines de miel et scellées par de la cire, l’apiculteur peut alors ouvrir l’extrémité préfabriquée de ces parois, afin de laisser couler le miel dans un réservoir, sans jamais déranger les abeilles. Les abeilles se contentent alors de rouvrir les alvéoles pour les remplir à nouveau.


Tout autour du globe, les abeilles sont en voie de disparition, atteintes par ce que l’on appelle le “syndrome d’effondrement des colonies”, un phénomène très inquiétant, du fait de la production importante de miel, et de l’importance des abeilles dans l’écosystème. Espérons que cette ruche artificielle offrira un peu de répit aux ruches fragilisées par les visites incessantes de l’apiculteur…


 
Plus d’info: honeyflow.com


















Revenir en haut Aller en bas
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Monsanto fait main basse sur les Big Data pour conquérir le monde   Jeu 16 Avr 2015, 13:52

Enquête. Monsanto fait main basse sur les Big Data pour conquérir le monde
 



http://www.courrierinternational.com/






[size=12]Un agriculteur sud-soudanais à Renk, dans le nord du pays, le 28 septembre 2012. Renk est la seule grande ville agricole du Soudan Camille Lepage/AFP

 
Monsanto en est persuadé : la prochaine révolution dans l'agriculture viendra du traitement des mégadonnées. Depuis plusieurs années, la firme américaine investit dans de puissants systèmes de prévisions météorologiques. Les retombées commerciales pourraient être colossales.

 

 
 

Vous connaissez probablement Monsanto comme étant le premier producteur mondial de semences génétiquement modifiées, un géant de l'agro-industrie accusé de tous les maux par ses ennemis, comme celui d'encourager notre dépendance aux pesticides ou pousser les agriculteurs indiens au suicide.
Cette réputation est la dernière en date ; l'entreprise a endossé de multiples identités depuis sa création. Fondée en 1901 par un pharmacien de Saint-Louis, Monsanto a commencé par produire un édulcorant artificiel. 
[/size]

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: La disparition des abeilles pourrait causer des millions de morts   Jeu 16 Juil 2015, 18:14

La disparition des abeilles pourrait causer des millions de morts




http://www.lematin.ch/



ENVIRONNEMENT

 — 
Selon un scénario d'élimination complète des pollinisateurs, 71 millions de personnes dans les pays à faibles revenus pourraient se retrouver carencées en vitamine A.



 

 

Image: ARCHIVES / PHOTO D'ILLUSTRATION/Keystone


Le déclin global des pollinisateurs, essentiellement des abeilles et d'autres insectes, pourrait provoquer jusqu'à 1,4 million de morts supplémentaires par an, affirment des chercheurs. Ce chiffre correspond à une augmentation de la mortalité mondiale de près de 3%.

L'accroissement de mortalité résulterait de la combinaison d'une augmentation des carences en vitamine A et en folates (vitamine B9 ou acide folique), vitales pour les femmes enceintes et les enfants, et d'une incidence accrue des maladies non transmissibles comme les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et certains cancers.

Tels sont les phénomènes que provoquerait, par le biais de modifications alimentaires, un effondrement de la population des pollinisateurs.

Les carences en vitamine A et folates peuvent atteindre les yeux, ce qui peut entraîner la cécité, et provoquer la malformation du système nerveux. Ces effets sur la santé toucheraient les pays développés et en développement, selon l'analyse publiée jeudi dans la revue médicale The Lancet.

Changements alimentaires

Selon un scénario d'élimination complète des pollinisateurs, 71 millions de personnes dans les pays à faibles revenus pourraient se retrouver carencées en vitamine A, et 2,2 milliards, qui ont déjà une consommation insuffisante, verraient leurs apports se réduire encore.

Pour les folates, ce sont 173 millions de personnes qui deviendraient carencées et 1,23 milliard de gens qui verraient leur consommation déficiente se détériorer encore.

Une baisse de 100% des «services de pollinisation» pourrait réduire les approvisionnements mondiaux en fruits de 22,9%, en légumes de 16,3%, et de 22,9% en noix et graines, mais avec des disparités selon les pays.

Les changements alimentaires pourraient augmenter la mortalité mondiale annuelle par les maladies non transmissibles et celles liées à la malnutrition de 1,42 million de décès par an (2,7% de mortalité globale annuelle), selon l'étude dirigée par le Dr Samuel Myers, de la Harvard TH Chan School.

Une perte des services de pollinisation limitée à 50% équivaudrait à la moitié (700'000) de la mortalité supplémentaire qu'entraînerait la suppression totale des pollinisateurs, selon ces estimations.
 
(ats/Newsnet)

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Deux apiculteurs amateurs piègent les frelons asiatiques   Dim 13 Sep 2015, 22:34

Deux apiculteurs amateurs piègent les frelons asiatiques

 

Environnement -


http://www.ladepeche.fr/

 
 
Serge Courbot et Jean-Pierre Polloni expérimentent des pièges contre les frelons asiatiques./Photo Morad Cherchari
 
C'est un piège presque 100 % naturel que Jean-Pierre Polloni et Serge Courbot mettent au point à Roquefort. À base de... miel ! Et apparemment, ça marche. Explications.
Même pas peur! Les frelons asiatiques s'approchent, tournent et plongent directement dans le piège tendu par deux apiculteurs amateurs. «Non, nous n'avons jamais été piqués. Mais nous en avions assez de constater les dégâts provoqués par les frelons asiatiques sur nos ruches. Ils sont là, devant la ruche, provoquant un désastre chez les abeilles, alors nous avons cherché des solutions.» Ils ne sont ni les seuls, ni les premiers. «Nous avons utilisé, comme beaucoup, des produits chimiques.» Mais par peur des effets «secondaires» des produits chimiques, le duo d'apiculteurs amateurs a cherché d'autres solutions. «Le miel évidemment les attire en priorité.» Un point de départ pour les deux Géo Trouvetou de Roquefort. «Nous avons eu l'idée de les piéger avec une hausse et un cadre. Les abeilles, par exemple, viennent lécher les hausses. On a pensé que les frelons asiatiques se comporteraient de la même manière. Restait à mettre au point le piège lui-même.

515 frelons en 4 jours

«Une caisse en matière plastique, un couvercle avec des trous dans lesquels on place des tubes en cuivre de 18mm de diamètre et de 3,5 centimètres de hauteur.» La hausse sert d'appât, les «frelons asiatiques entrent par les trous et ne peuvent plus ressortir.»
Les premières expérimentations, «sont intéressantes quant à l'efficacité du système» ajoutent Jean-Pierre Polloni et Serge Courbot, «en 4 jours nous avons comptabilisé 515 frelons asiatiques dans les pièges posés.» Évidemment par rapport à la quantité de frelons asiatiques contenus dans un seul nid, ce chiffre peut paraître faible, «mais c'est un début. C'est une solution de plus pour éviter que les ruches ne dépérissent. Et pour l'heure nous ne fonctionnons qu'avec 4 pièges.» Et puis, «il a fallu trouver le bon emplacement ; placés trop près des ruches, les pièges ne fonctionnent pas, les frelons chassent devant l'entrée de la ruche et ne semblent s'intéresser qu'aux abeilles elles-mêmes.» Par contre, Jean-Pierre Polloni et Serge Courbot espèrent que les expérimentations à venir confirmeront l'information, «en quatre jours de constatations les pièges n'ont emprisonnés qu'une seule abeille, quelques guêpes et trois frelons français. Le piège n'attire que des frelons venus d'ailleurs.» C'est ce que souhaitait le duo d'apiculteurs amateurs.
J.-L. A.

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Faï Tirà
Peyroulienne
Peyroulienne
avatar

Nombre de messages : 9212
Date d'inscription : 07/10/2008

MessageSujet: Autorisation d’un pesticide nocif pour les abeilles   Mer 28 Oct 2015, 09:40

Autorisation d’un pesticide nocif pour les abeilles


D’après Belga 

http://www.lesoir.be/
 

Trois associations introduisent un recours auprès de la Cour européenne de justice.









«Le produit peut être absorbé par les plantes et l’on peut en retrouver dans leur nectar et pollen». © Reporters

 




  • Les néonicotinoïdes, ces pesticides qui attirent les abeilles

  • Pertes d’abeilles: fongicides suspects




Trois associations ont décidé d’introduire un recours auprès de la Cour européenne de justice contre la récente décision d’autoriser sur le marché le Sulfoxaflor. Selon eux, ce produit pesticide neurotoxique, à l’instar d’autres néonicotinoïdes, est nocif pour les abeilles.
« La toxicité de cette nouvelle molécule n’est pas claire et c’est un gros problème. Il n’y a pas eu suffisamment de tests pour évaluer les conséquences de ce produit sur les abeilles », affirme Etienne Bruneau, du Centre Apicole de Recherche et Information (CARI) relié à l’Université Catholique de Louvain (UCL).
Le CARI est membre de BEE Life. Cette coupole rassemblant 13 associations nationales d’apiculteurs a décidé d’introduire ce recours avec deux autres associations : le Pesticide Action Network Europe (PAN Europe), qui rassemble 35 associations environnementales issues de 25 pays européens et l’association des apiculteurs italiens (UNAAPI).

Commercialisation autorisée en Europe

Ces associations se basent sur un rapport négatif rendu en 2014 par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) à propos de l’insecticide Sulfoxaflor, développé par Dow AgroSciences.
Le producteur a obtenu fin juillet l’autorisation de commercialiser le produit en Europe. « Comme d’autres néonicotinoïdes, le Sulfoxaflor est très dangereux pour les abeilles. Le produit peut être absorbé par les plantes et l’on peut en retrouver dans leur nectar et pollen, selon Martin Dermine, de PAN Europe. En outre, on peut retrouver des traces de pesticides très longtemps dans le sol et dans l’eau. »
L’Europe avait décidé fin 2013 d’interdire temporairement l’utilisation de trois sortes de néonicotinoïdes (Clothianidine, Thiametoxame, et Imidaclopride) pour les cultures qui attirent les abeilles. Selon PAN Europe, la décision d’autoriser le Sulfoxaflor est « irrationnelle et illégale ».
Les trois associations ajoutent également que les États-Unis ont une nouvelle fois annulé l’autorisation de commercialisation du pesticide en question en septembre dernier.

_______________________________________




Rien ne changera, à moins que les citoyens prennent eux mêmes les choses en main !
Revenir en haut Aller en bas
http://robinson.winnerbb.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: les essaims d'abeilles   

Revenir en haut Aller en bas
 
les essaims d'abeilles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» photos d'essaims d'abeilles 2013
» bel essaim d'abeilles
» comment regrouper 2 essaims ?
» essaims sur 5 cadres à 50 euros
» Abeilles buckfast

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Peyroules :: Tout et encore...sur le village...et alentours :: Informez-nous ! Journaux du jour, Manifestations locales.-
Sauter vers: